Suivez ce blog via Facebook

mardi 19 septembre 2017

Un séisme de 7.5 à Mexico au cours de la dernière heure...

http://quakes.globalincidentmap.com/

L’ouragan Maria dévaste l’île de la Dominique

ROSEAU, Dominique — L’ouragan Maria a foncé sur l’île de la Dominique avec des vents soufflant à plus de 250 kilomètres par heure, emportant des toits, dont celui de la résidence du premier ministre, qui fait état d’une destruction «ahurissante» de l’île caribéenne.

Maria se dirige maintenant vers d’autres îles des Caraïbes déjà dévastées par l’ouragan Irma.

Sur sa page Facebook, le premier ministre Roosevelt Skeritt écrit que des rapports préliminaires laissent présager une dévastation presque généralisée du territoire. Il dit craindre que certains de ses concitoyens aient perdu la vie en raison notamment des glissements de terrain.

M. Skeritt ajoute que son toit s’est envolé, se disant «complètement à la merci de l’ouragan» pendant que l’eau inondait sa maison. Sept minutes plus tard, il mentionnait avoir été secouru.

L’oeil de l’ouragan est passé au-dessus de l’île tard lundi soir avant que Maria ne perde de sa vigueur en devenant un ouragan de catégorie 4. Tôt mardi matin, Maria redevenait un ouragan de catégorie 5.

Des vents violents accompagnés d’importantes quantités de pluie se sont abattus sur la Dominique pendant des heures. L’inspecteur Pellam Jno Baptiste a déclaré tard lundi soir qu’on ne rapportait aucun décès, mais il a ajouté que les policiers ne pouvaient se rendre sur le terrain en raison des conditions trop dangereuses.

Les autorités en Guadeloupe s’attendent à ce que des inondations majeures surviennent sur l’île française.

Dans l’île voisine de la Martinique, les autorités ont ordonné aux gens de demeurer à l’intérieur et de se préparer à des pannes d’électricité et à des problèmes d’alimentation en eau. Toutes les écoles et les services non essentiels ont été fermés.

Pour sa part, Porto Rico se prépare à être frappé directement par l’oeil de l’ouragan Maria. Environ 70 000 personnes sont toujours sans électricité depuis le passage de l’ouragan Irma et 200 citoyens demeurent encore dans des centres d’hébergement.

Ernesto Morales, météorologue au service national américain de météorologie à San Juan, a déclaré que cet ouragan risquait d’être catastrophique pour Porto Rico, qui pourrait recevoir jusqu’à 48 centimètres de pluie. Les forts vents pourraient balayer l’île pendant 12 à 24 heures.

Le Centre national des ouragans de Miami a mentionné que l’oeil de l’ouragan Maria se situait tôt mardi matin à environ 100 kilomètres à l’ouest-sud-ouest de la Guadeloupe avec des vents soufflant à 260 kilomètres par heure.

Source:
http://journalmetro.com/monde/1200381/louragan-maria-devaste-lile-de-la-dominique/

Depuis la tribune de l'Onu, le Président américain Donald Trump a promis d'«anéantir» la Corée du Nord en cas de menace pour les États-Unis

Washington n’aura pas d’autre choix que d’anéantir la Corée du Nord si elle continue à menacer les États-Unis, a déclaré ce mardi le Président Donald Trump depuis la tribune de l’Onu.

«Les États-Unis sont très patients, les États-Unis sont forts. Mais si on nous contraint à nous défendre ou à défendre nos alliés, nous n’aurons pas d’autre choix que de détruire complètement la Corée du Nord», a lancé Donald Trump.

Et d’ajouter que l’«homme-fusée» — surnom qu’il a donné au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un – accomplissait une «mission-suicide pour lui-même et son régime».

«Les États-Unis sont prêts, veulent et peuvent [anéantir la Corée du Nord, ndlr], mais espèrent que ceci ne s’avérera pas nécessaire», a pointé Donald Trump.

Détails à suivre…

De plus en plus de scientifiques, et d'études, dénoncent "l'alarmisme du réchauffement climatique d'origine anthropique" comme étant un mensonge institutionnalisé cautionné et ordonné par les plus hautes instances afin de servir les politiques internationales, restrictives et coûteuses, sur l'environnement

* Articles en anglais.




L'étendue de la glace de l'Arctique est en hausse de 40% depuis les derniers 5 ans:

Le changement climatique n'est pas aussi menaçant pour la planète que prévu, suggèrent de nouvelles recherches:

Les alarmistes du climat font mentir leur propre science:

Le réchauffement climatique pourrait se produire plus lentement que prévu, selon une étude

Les niveaux de la mer diminuent

Une étude de la NASA confirme que les niveaux de la mer diminuent

Une expédition de voile vers le pôle Nord, ayant pour objectif de sensibiliser au réchauffement climatique, a été obligée de reculer 590 milles nautiques à la limite de sa destination, après que les yachts ont été bloqués par de grandes quantités d'une substance blanche congelée!

Le navire russe, Akademic Shokalskiy, a été bloqué dans la glace lors d'une expédition de recherche sur le changement climatique, mais près de 98% des reportages sur les chercheurs échoués n'ont pas mentionné le but de leur mission

lundi 18 septembre 2017

Baisse de température à Paris, Tamise gelée: le monde au seuil d'une période glaciaire

* Le "minimum de Maunder" est une époque appelée "petit âge glaciaire", où le climat terrestre était assez froid, du moins en Europe, en Amérique du Nord et en Chine. 

Le climat terrestre serait donc, en partie, déterminé par l'activité magnétique du Soleil. Deux hypothèses sont évoquées :
- variation du rayonnement solaire,
- la modulation du flux des rayons cosmiques par le vent solaire.

Une nouvelle période de glaciation s'annonce : au cours des prochaines années, les températures moyennes risquent de baisser de quelques degrés dans plusieurs villes européennes. Le Royaume-Uni doit se préparer à des décennies d'hivers rigoureux, lit-on dans le Mirror.

Des climatologues promettent aux habitants du «Vieux continent» des baisses des températures hivernales. Le Royaume-Uni risque d'être le plus touché par ce phénomène. Même la Tamise qui ne gèle plus depuis près de deux siècles pourrait se couvrir d'une épaisse couche de glace.

«Cette situation climatique sérieuse […] n'est pas susceptible de changer du jour au lendemain, car une réévaluation des cycles passés et d'autres facteurs affectant l'activité solaire actuelle et la fréquence des taches solaires nous montrent de manière absolument convaincante que nous nous approchons de quelque chose comme le minimum de Maunder [époque, approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de taches solaires et son activité de surface était significativement plus faible qu'aujourd'hui, ndlr]», estime James Madden, expert en climatologie, dans son commentaire au Mirror.

Ce dernier augure pour des décennies à venir une période où la Tamise gèlerait régulièrement ou bien une ère glaciaire de pleine échelle.

Comme l'explique à l'édition Alex Sosnowski, météorologie en chef d'AccuWeather, «les températures de surface océaniques peuvent largement affecter celles des zones riveraines».

Le climat dans la région, notamment à Londres, à Amsterdam, à Paris et à Lisbonne, peut se refroidir de quelques degrés alors que le réchauffement touche globalement la planète, ajoute-t-il.

Ce phénomène est facile à expliquer, estime pour sa part Nikolaï Doronine, de la faculté de géographie de l'Université d'État de Moscou. Dans son commentaire à Vetcherniya Moskva, il souligne que la cause principale de ce genre de changements climatiques est la fonte des glaces arctiques.

Selon M. Doronine, ce nouveau facteur a perturbé le mouvement des masses atmosphériques, si bien qu'elles ne suivent plus l'axe «ouest-est», mais «nord-sud» ce qui provoque la baisse des températures et des froidures anomales en hiver.

Source:

Russes, Chinois et Américains montrent leurs muscles autour de la Corée du Nord

http://www.bfmtv.com/international/russes-chinois-et-americains-montrent-leurs-muscles-autour-de-la-coree-du-nord-1258900.html

Maria devient un ouragan de catégorie 5 à l’approche des Caraïbes

* Des gens à peine relevés vont recevoir un deuxième souffle de malheurs et de désolations. Quelle tristesse et surtout, quelle impuissance.

A Hurricane Warning is in effect for...
* Guadeloupe
* Dominica
* St. Kitts, Nevis, and Montserrat
* U.S. Virgin Islands
* British Virgin Islands
* Puerto Rico, Culebra, and Vieques

A Tropical Storm Warning is in effect for...
* Antigua and Barbuda
* Saba and St. Eustatius
* St. Maarten
* Anguilla
* St. Lucia
* Martinique

A Hurricane Watch is in effect for...
* Saba and St. Eustatius
* St. Maarten
* St. Martin and St. Barthelemy
* Anguilla
* Isla Saona to Puerto Plata

A Tropical Storm Watch is in effect for...
* St. Vincent and the Grenadines
* West of Puerto Plata to the northern Dominican Republic-Haiti
border

L’ouragan Maria, qui a atteint la catégorie 5 -le niveau maximal-, menaçait lundi soir les Caraïbes, frôlant en premier l’île française de la Martinique où 33 000 foyers étaient déjà privés d’électricité.

Ravagée par Irma il y a une dizaine de jours, toute la région a été mise en état d’alerte avant le passage de Maria qui s’est renforcé en moins de 24 heures, passant du statut de tempête tropicale à celui d’ouragan catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson.

«Maria devient un ouragan de catégorie cinq potentiellement catastrophique» et ses vents «se rapprochent de la Dominique», a précisé le Centre américain des ouragans (NHC) dans son bulletin prévisionnel de 19h mardi.

Selon Météo France, l’oeil du cyclone est passé à 50 km des côtes au nord de l’île française de la Martinique et son mur, qui concentre des vents très forts, est passé à 25 km.

Les autorités françaises avaient déjà ordonné l’évacuation des zones à risque.

Dans cette île passée lundi en alerte «violette» cyclonique, le plus haut niveau, qui entraîne le confinement de la population, 33 000 foyers étaient privés d’électricité à 18h00 locales, selon la préfecture, qui n’a pas relevé de dégâts significatifs à ce stade.

«J’ai des bougies, des lampes et à manger. J’ai des légumes en boîte et du gaz. S’il n’y a plus d’électricité, ça ira. Les fenêtres sont fermées, tout est cloué déjà», avait témoigné à l’AFP quelques heures plus tôt Anne-Marie, 84 ans, habitante de Rivière-Salée, au sud de la Martinique.

Outre la Martinique, Maria, qui progresse à 17 km/h dans la direction ouest-nord-ouest, selon le NHC, menace une autre île française des Antilles, la Guadeloupe, ainsi que Saint Kitts and Nevis, Montserrat (Royaume-Uni), et la Dominique, île anglophone indépendante.
En soirée, la Guadeloupe a elle aussi été placée en alerte «violette» cyclonique et des alertes ouragan ont également été déclenchées à Sainte-Lucie et dans les îles Vierges britanniques et américaines.

Météo France prévoit à la Guadeloupe « des conditions de vent beaucoup plus sévères que ce qui était anticipé », avec des vents moyens de 150 km/h et des rafales à 200 km/h.

«Des réserves d’eau»

«Les cyclones, ça fait toujours un peu peur, même si, quand on a connu Hugo (ouragan qui avait fait plus d’une dizaine de morts et 30 000 sinistrés en Guadeloupe en 1989, ndlr), rien ne peut être pire », a souligné auprès de l’AFP Eric, la quarantaine, habitant de Gosier, en Guadeloupe.

Ce père de famille a «fait des réserves d’eau», parce qu’il a «des enfants en bas âge», et va «contreplaquer» sa maison avant l’ouragan.

L’oeil du cyclone devait passer à proximité de l’île de la Dominique au cours des prochaines heures, selon le NHC.

Il devrait également passer au sud des côtes de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, ravagées le 6 septembre par l’ouragan Irma de catégorie 5, selon le ministère néerlandais de la Défense. Les deux îles ont été placées en vigilance rouge, selon Météo France.

Onze personnes sont mortes à Saint-Martin côté français lors du passage d’Irma, quatre côté néerlandais.

La Croix-Rouge a acheminé dimanche 11 tonnes d’aide, dont des matériaux «pour couvrir les maisons et réparer des toits», à Sint Maarten, la partie néerlandaise de l’île, dont le port a été fermé «jusqu’à vendredi», selon la Marine des Pays-Bas.

Des soldats sont aussi «en route pour les îles de Saba et de Saint-Eustache», qui font partie du royaume des Pays-Bas, a tweeté la Marine néerlandaise lundi.

Saba et Saint-Eustache ont subi moins de dégâts que Saint-Martin. Néanmoins Irma y avait arraché de nombreux toits, faisant de nombreux sans-abri.

«Renforts»

En France, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait annoncé dimanche l’envoi de 110 militaires de la protection civile en Guadeloupe, et rappelé qu’«environ 3000» renforts se trouvaient déjà sur place. « Jusqu’à 400 à 500 personnes » pourraient être envoyées en renfort si besoin.

«Nous aurons des difficultés importantes», a-t-il reconnu, la Guadeloupe étant «le centre logistique» permettant d’alimenter Saint-Martin et d’organiser les rotations aériennes et les approvisionnements.

Les Britanniques ont également annoncé des renforts pour les îles Vierges: «Nous avons déployé 40 personnels supplémentaires en soutien, 37 personnels humanitaires, et plus de 1300 militaires sont sur les îles et seront prêts à aider pour les tâches prioritaires quand Maria sera passé», a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense.

Les gouvernements français, néerlandais et britannique ont été critiqués pour ne pas avoir déployé plus de moyens avant et après le passage de l’ouragan Irma, qui a dévasté leurs territoires d’outre-mer.

Ils sont notamment accusés d’avoir tardé à envoyer secours et renforts policiers sur les îles, plongées dans le chaos et parfois livrées aux pillages après le passage de l’ouragan, qui a fait une quarantaine de morts dans les Caraïbes.

Source:

Rappel: Conférence de Carlos Ramirez le 30 septembre prochain à Montréal: "L'erreur climatique"

Notez la date à votre agenda! 120 places disponibles.

Samedi 30 septembre 2017
Centre St-Pierre (salle 200)
1212, rue Panet 
Montréal 
10$ par personne
À deux pas du métro Beaudry

Stationnement disponible au Centre St-Pierre (6$)


Voici une vidéo produite par Carlos Ramirez qui vous donnera un aperçu des grands thèmes qui seront discutés dans sa conférence:



Nouvelle démonstration de force américaine en Corée. Six appareils de l'US Air Force ont survolé la péninsule, lundi, après les derniers essais nucléaire et balistique nord-coréen

http://www.leparisien.fr/international/coree-des-chasseurs-et-bombardiers-americains-survolent-la-peninsule-18-09-2017-7268739.php

vendredi 15 septembre 2017

«Au cas où la Corée du Nord se lancerait dans des provocations contre nous ou notre allié, nous avons la capacité de la détruire de manière irréversible», a déclaré le Président sud-coréen Moon Jae-in suite au nouveau tir de missile par Pyongyang, qu'il a fermement condamné

https://fr.sputniknews.com/international/201709151033054977-coreesud-coreenord-menace/

Explosion «terroriste» dans le métro à Londres

 Plusieurs personnes ont souffert de brûlures après la détonation d'un engin artisanal dans une rame du métro à l'heure de pointe. La police considère l'affaire comme un acte «terroriste».

Une explosion s'est produite vendredi matin à l'heure de pointe dans le métro de Londres. Une détonation suivie de flammes a eu lieu dans un wagon d'un train à la station de Parsons Green, dans le sud-ouest de la capitale. 18 personnes blessées ont été transportées à l'hôpital, principalement pour des brûlures au visage ou aux membres, selon les premiers témoignages.

Les services de secours ont été appelés à 8h20 (9h20 à Paris) et sont arrivés sur place en cinq minutes. Le métro, sur la District line, est à cet endroit à ciel ouvert. Des photos postées sur Twitter montrent un seau en flammes dans un sac en plastique sur le sol de la rame qui ne semble pas avoir été endommagée par l'explosion. Leur authenticité n'a pas été confirmée, mais les témoignages de passagers semblent corroborer cette hypothèse. Des témoins évoquent une «boule de feu» traversant le wagon.

Une journaliste de la BBC, Riz Lateef, présente sur les lieux, en route vers son travail, témoigne de la «panique alors que les gens se précipitaient pour sortir du train». Certains ont été blessés dans la précipitation. Une femme a été évacuée sur une civière. «Beaucoup de gens boitaient et étaient couverts de sang. Plein de gens pleuraient et tremblaient», a raconté un témoin sur BBC 5 Live.

La police considère l'événement comme un acte «terroriste». Les services antiterroristes ont repris l'enquête, initialement lancée par la police des transports. Des centaines d'enquêteurs travaillent sur l'affaire, épaulés par le renseignement intérieur MI5. Selon Mark Rowley, chef de la Metropolitan Police, il s'agit de la «détonation d'un engin explosif improvisé». Selon le Daily Mail, une seconde bombe artisanale n'aurait pas fonctionnée.

Le trafic a été interrompu sur la ligne de métro et la circulation coupée dans le quartier de Parsons Green pour faciliter l'accès des secours. De nombreux Français expatriés vivent dans ce quartier, où se trouve une école francophone. La première ministre Theresa May doit tenir une réunion de crise des services de sécurité en début d'après-midi.

La présence policière a été immédiatement renforcée à travers la capitale, notamment dans les transports. Londres a subi deux attaques terroristes cette année, à Westminster (4 morts), en mars, et à London Bridge en juin (8 morts). 22 personnes ont été tuées dans l'explosion d'une bombe dans une salle de concert à Manchester en mai. Tous ces attentats ont été revendiqués par l'État islamique. En 2005, plusieurs explosions dans le métro et bus londoniens avaient fait 52 morts.

Source:

jeudi 14 septembre 2017

L'eau est de retour sur les plages des Bahamas!

8 septembre 2017:

9 septembre 2017:

Suite au tir de missile de la Corée du Nord: Le Premier ministre japonais affirme que Pyongyang n'a «aucun avenir brillant» et appelle à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après qu'un projectile ait survolé l'île de Hokkaido. Le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, a quant à lui dit que la Russie et la Chine (ayant un droit de veto) doivent prendre une «action directe» sur le lancement de missiles en Corée du Nord

https://www.theguardian.com/world/2017/sep/14/north-korean-launches-unidentified-missile

DERNIÈRE HEURE: Nouveau tir de missile nord-coréen, au-dessus du Japon

La Corée du Nord a lancé vendredi matin (heure de Tokyo) un missile, qui a survolé le Japon, a annoncé le gouvernement nippon.

L'engin a survolé l'île septentrionale japonaise de Hokkaido à 07h06 minutes locales, ont précisé les autorités nippones, soulignant que le système d'avertissement J-Alert a été déclenché dans plusieurs régions du nord de l'archipel.

«Un missile passe, un missile passe. Il va vraisemblablement passer au-dessus de Hokkaido en direction du Pacifique. Ne ramassez surtout pas des objets que vous pourriez trouver», a précisé le système J-Alert dont les médias ont retransmis les images.

Ce nouveau tir intervient alors que le premier ministre japonais, Shinzo Abe, se trouve en visite en Inde où, jeudi, il a de nouveau appelé à renforcer la pression sur la Corée du Nord.

Le ministre nippon de la Défense, Itsunori Onodera, et le secrétaire général du gouvernement, entre autres, s'apprêtaient dans les minutes suivant ce nouveau tir à ouvrir un Conseil de sécurité nationale.

C'est la deuxième fois en moins d'un mois qu'un missile nord-coréen survole l'archipel. Le précédent engin passé au-dessus du nord du Japon avait été tiré le 29 août.

Entre-temps, la Corée du Nord a aussi effectué un sixième essai nucléaire, le 3 septembre.

Ce tir est la réponse du régime de Pyongyang au huitième train de sanctions voté à l'unanimité par le conseil de sécurité des Nations unies lundi à New-York, après cet essai nucléaire nord-coréen.

L'Union européenne a également renforcé jeudi son arsenal de sanctions contre la Corée du Nord, en adoptant des mesures décrétées début août par les Nations unies en réponse au tir réussi d'un missile balistique intercontinental (ICBM) nord-coréen capable d'atteindre le continent nord-américain.

L'UE a pour habitude de s'aligner systématiquement sur les sanctions décidées à l'ONU et elle a d'ores et déjà promis d'adopter également les nouvelles mesures punitives onusiennes - dont une limitation des livraisons de pétrole - décrétées lundi contre le régime dirigé par Kim Jong-Un après son puissant essai nucléaire de début septembre.

Source:

Des portions de plage à perte de vue, aux Bahamas et à Tampa, alors qu'avant le passage d'Irma, on y trouvait le plancher océanique. Mais où se trouve l'eau?

* Espérons que l'eau reviendra recouvrir les plages parce que si ce n'est pas le cas, ce sera très inquiétant ;0)

Bahamas:
https://www.youtube.com/watch?v=Nt87vKN0qeA

Tampa, Floride:
https://www.youtube.com/watch?v=7BPRrWnElw4

Journal de propagande nord-coréen en ce 14 septembre 2017

La Corée du Nord veut « couler » le Japon et réduire les États-Unis « en cendres »
http://www.ouest-france.fr/monde/coree-du-nord/la-coree-du-nord-veut-couler-le-japon-et-reduire-les-etats-unis-en-cendres-5245713

La situation actuelle, dans laquelle une guerre nucléaire peut éclater, prévaudra constamment dans la péninsule en raison des exercices de guerre nucléaire sans cesse organisés par les États-Unis en Corée du Sud.

L'histoire et la réalité prouvent clairement que les impérialistes américains sont l'ennemi juré de la nation coréenne, car ils ont causé une catastrophe incommensurable et ont toujours bloqué la paix et la réunification indépendante de la Corée.

Personne ne peut affirmer que les États-Unis, obsédés par l'ambition d'envahir le nord, n'entreront pas dans la seconde guerre de Corée à tout moment.

La clé principale pour assurer la sécurité et la paix sur la péninsule est de chasser les forces américaines de la Corée du Sud.

Des rassemblements d'hommes de l'armée ont eu lieu dans les villes de Sinpho et de Huicho, ainsi que dans les comtés de Kyongwon, Janggang, Tongrim, Yomju, Mundok, Kangryong, Paechon, Kumchon et Kilju pour saluer le test effectif du lancement ICBM de la bombe H.



mercredi 13 septembre 2017

NBC News: La Corée du Nord serait en train de déplacer des lanceurs de missiles mobiles et prépare des sites stratégiques depuis les dernières 48 heures, ont dit 3 hauts fonctionnaires militaires américains au réseau de nouvelles

https://twitter.com/nbcpolitics/status/908066727031824384

Une créature marine monstrueuse découverte après l’ouragan Harvey

* Certains experts croient qu’il s’agirait d’une anguille «aplatophis chauliodus», ou «fangtooth snake-eel» en anglais. J'ai fait quelques recherches et la longueur maximale associée à ce serpent des mers est de 84 cm, soit 33 pouces. Avec la perspective de la mer en arrière plan et la grosseur des roches qui entourent ce dinosaure, la longueur de 33 pouces ne fait aucun sens.



La créature qui ne semble pas avoir d’yeux, une tête assez longue, et une bouche étirée avec plusieurs dents très coupantes, semble sortie tout droit d’un film de science-fiction.

«À première vue, ça ressemble à mon avis à une créature provenant de la mer profonde», a expliqué la jeune femme à Earth Touch News Network.

«Ma première pensée était qu’il s’agissait d’une lamproie de mer, mais quand je me suis approchée, je me suis rendu compte que ce n’était absolument pas ça, surtout en regardant sa bouche. Nous l’avons manipulé un peu, et même lorsqu’on l’a retournée, nous n’avions aucune idée de ce qu’il s’agissait.» 

Elle a donc placé les photos sur les médias sociaux en espérant des réponses de scientifiques.

Les biologistes qui ont répondu à Preeti Desai, ont pensé qu’il s’agissait d’une anguille, mais le type d’espèce demeurait inconnu, rapporte le Mail Online. Les anguilles sont des poissons serpentiformes migrateurs.

Après certaines analyses, les experts croient qu’il s’agirait d’une anguille «aplatophis chauliodus», ou «fangtooth snake-eel» en anglais. Cette espèce est présente dans le golfe du Mexique. Les anguilles sont difficiles à observer puisqu’elles passent la plupart de leur temps en eaux profondes.

Ces serpents de mer ont également des yeux, mais ils sont très petits. Les yeux de l’anguille trouvée par Desai se sont probablement décomposés avant sa découverte. L’identification de la créature n’est toutefois pas formelle, et le mystère demeure.

Source:
http://www.tvanouvelles.ca/2017/09/13/une-creature-marine-monstrueuse-decouverte-apres-louragan-harvey

La Corée du Nord dénonce les sanctions et menace Washington

Trump met en garde la Corée du Nord: les sanctions de l'ONU ne sont "rien comparé à ce qui finira par se produire:"
http://www.foxnews.com/politics/2017/09/12/trump-warns-north-korea-un-sanctions-nothing-compared-to-whats-next.html

La Corée du Nord a dénoncé mardi les nouvelles sanctions «scélérates» adoptées la veille à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU à l'initiative de Washington, et qui interdisent notamment ses exportations de textile et réduisent ses approvisionnements en pétrole.

«Les mesures à venir de la RPDC (République populaire démocratique de Corée, appellation officielle de la Corée du Nord) infligeront aux États-Unis la plus grande douleur qu'ils n'aient jamais connue de leur histoire», a déclaré l'ambassadeur nord-coréen, Tae Song Han, devant la Conférence du désarmement à Genève.

Cette huitième série de mesures, approuvée par la Chine et la Russie, les plus proches soutiens de la Corée du Nord, vise à punir ce pays pour son essai nucléaire du 3 septembre. Par ses sanctions, chaque fois plus sévères, l'ONU espère pousser Pyongyang à négocier ses programmes nucléaire et balistique.

Pour les États-Unis, le Royaume-Uni, la France ou l'Italie, la résolution adoptée lundi est «très solide», «équilibrée» et permet à l'ONU d'affirmer «unité» et «détermination».

«Nous ne cherchons pas la guerre», a assuré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, qui avait la semaine dernière assuré que Pyongyang «ne demandait que ça». Lundi, elle a admis que la Corée du Nord n'avait «pas franchi un point de non-retour».

Séoul a salué l'adoption de cette résolution, la qualifiant «d'avertissement sévère» pour Pyongyang.

«La Corée du Nord doit comprendre que la dénucléarisation est la seule voie lui garantissant sécurité et développement économique», ajoute le gouvernement sud-coréen dans un communiqué.

À Tokyo, le premier ministre Shinzo Abe a «hautement apprécié» la résolution «rapide» et «forte».

Le premier projet de texte américain était «maximal» sur «absolument tout», selon les termes d'un diplomate. Il prévoyait un embargo total sur le pétrole, les produits pétroliers et le gaz, le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés, le gel des avoirs de Kim Jong-Un, l'interdiction d'importer du textile nord-coréen et des inspections par la force de navires en haute mer suspectés de violer les résolutions de l'ONU.

Lire la suite:

Emmanuel Macron veut "désarmer" Saint-Martin

Le président Emmanuel Macron a estimé mardi qu'il n'était "pas normal" qu'il y ait "autant d'armes en circulation" sur Saint-Martin, souhaitant "désarmer" l'île antillaise ravagée par l'ouragan Irma.

"Pas normal" qu'il y ait autant d'armes en circulation. "Il y a un problème endémique dans l'île, qui préexiste à la crise, ce sont les armes", a affirmé le chef de l'État lors d'un point presse à Marigot. "Je souhaite qu'au bénéfice de cette crise, on puisse désarmer l'île. Il n'est pas normal que dans une île comme celle-ci, il y ait autant d'armes en circulation", a-t-il ajouté.

"C'est un défi que nous devons relever", a-t-il insisté en annonçant que le nombre de forces de l'ordre déployées sur le territoire atteindrait 3.000 d'ici la fin de la semaine.

Macron invite à "ne pas procéder à de l'autodéfense". Il a enjoint les habitants inquiets pour leur sécurité, à la suite notamment de nombreux pillages, "en aucun cas à ne procéder à de l'autodéfense".

Emmanuel Macron, arrivé mardi matin sur l'île antillaise, doit passer la nuit sur place. Il a indiqué qu'il accompagnerait une patrouille de gendarmerie mardi soir.

Source:

Le gouvernement britannique a reconnu ce mardi que plus de 100 détenus considérés comme dangereux se sont évadés d’une prison des Iles Vierges britanniques après le passage de l’ouragan Irma

* Les prisonniers évadés et dangereux sont aux Îles Vierges et non pas à St-Martin selon LCI.  Il semble que le fait que des prisonniers qui soient enfuis d'une prison de St-Martin s'avère être une rumeur, mais de très nombreux médias à travers la planète ont pourtant repris cette nouvelle. Des rectifications ont été apportées au cours des dernières heures, mais la plupart des médias qui rapportent que la fuite de prisonniers de St-Martin était une rumeur ne spécifient aucunement que cette situation s'est produite aux Iles Vierges. L’armurerie de la police aux frontières de St-Martin aurait été pillée selon un envoyé spécial du Figaro à Saint-Martin. Plusieurs sources nous soufflent qu’il s’est effectivement bien passé quelque chose à l’armurerie de la police aux frontières, sans nous dire précisément quoi. 

Difficile de s'y retrouver...

Ouragan Irma : plus de 100 prisonniers dangereux évadés aux Iles Vierges britanniques
http://www.lci.fr/international/ouragan-irma-plus-de-100-prisonniers-dangereux-evades-aux-iles-vierges-britanniques-2064253.html

Liens des médias occidentaux concernant l'évasion de prisonniers et concernant "un événement" à l'armurerie de la police:
https://www.google.ca/search?q=prisonniers+st-martin&oq=prisonniers+st-martin+&aqs=chrome..69i57j0.8023j0j7&sourceid=chrome&ie=UTF-8

mardi 12 septembre 2017

La Presse: "Les tricheurs de la science"

* Si La Presse le dit, c'est que ça doit être vrai! ;0)

Excellent article Madame Malboeuf, du solide! La science ne ment pas, les savants assoiffés de reconnaissance et d'argent, qui sont dictés par certains lobbys pharmaceutiques, OUI!



Ils devraient être des modèles de rigueur. Ils ont plutôt truqué leurs résultats, détourné des fonds, menti ou volé des écrits. Depuis cinq ans, près d'une centaine de scientifiques canadiens ont été punis pour malhonnêteté, révèlent des données obtenues par La Presse. Et ils sont de plus en plus nombreux à se faire prendre.

De plus en plus de tricheurs démasqués

Dans chaque bureau de l'hôpital d'Ottawa, les révélations du Dr Paul Hébert déclenchaient un séisme. Le spécialiste des soins intensifs était lui-même sidéré. Et enragé par ce que la responsable de son programme de recherche venait de découvrir.

« Une professionnelle de la santé fraudait, elle fabriquait des données de recherche ! », confie le chercheur, aujourd'hui chef du département de médecine au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et auteur de travaux qui ont transformé la pratique de la transfusion sanguine.

Dans le cadre de l'étude qu'il faisait à l'époque, l'employée tricheuse devait absolument prélever le sang de patients à des moments précis pour qu'on mesure l'effet d'un traitement. Mais au lieu de remplir sa mission le samedi, comme il le fallait, elle ne s'est jamais présentée à l'hôpital. De retour le lundi, elle a recueilli le sang en douce et écrit la mauvaise date sur les fioles, en espérant brouiller les pistes. Mais ses collègues surveillaient le réfrigérateur.

«On l'a congédiée, mais à l'hôpital, la crise a duré des semaines. Elle a failli ruiner l'étude», explique le Dr Hébert.

Quinze ans plus tard, il se souvient de tout. Entre deux nuits d'insomnie, il a alerté les organisations concernées et repris la collecte de données auprès de 40 patients. Une somme de travail colossale, qui s'est étendue sur un an et lui a coûté 100 000 $.

L'étude a ainsi pu être publiée dans une revue prestigieuse. Mais cela n'empêche pas le spécialiste de frémir en pensant à ce qui aurait pu se produire. « Découvrir la fraude seulement après la publication, ç'aurait été un désastre... »

Il n'en avait encore jamais parlé publiquement.

Des désastres, le médecin sait bien que d'autres universités en connaissent, y compris au Canada, où est survenu l'un des pires scandales.

Du fond de l'Université Memorial, à Terre-Neuve-et-Labrador, le chercheur Ranjit Chandra est devenu une vedette mondiale en publiant des études sur des multivitamines miracles et d'autres au sujet de 700 bébés n'ayant finalement jamais existé. Il les inventait et recopiait des séries de chiffres d'une étude à l'autre.

L'université a enterré l'affaire pendant 12 ans, ignorant de nombreux dénonciateurs et laissant son professeur empocher une fortune  - jusqu'à ce qu'il quitte le Canada en douce, en 2002.

À la même époque, le chercheur James Xu est entré dans un laboratoire albertain en pleine nuit pour ajouter une substance dans les éprouvettes, afin que les expériences de son équipe semblent concluantes.

Plus de fraudeurs démasqués

Combien de délinquants sévissent encore au Canada ? Ces cinq dernières années, les universités du pays ont transmis aux autorités fédérales des rapports d'enquête concernant 192 chercheurs, dont 83 ont été jugés malhonnêtes, révèlent de nouvelles données obtenues par La Presse. Leur analyse montre que le nombre de chercheurs sanctionnés annuellement a augmenté de 54 % au cours de cette période.

Treize d'entre eux avaient fabriqué, falsifié ou détruit des données. Les autres avaient menti dans leurs demandes de subvention, détourné des fonds publics, plagié ou bâclé leur travail (détails ci-contre).

Peu de cas rendus publics

À Toronto, Sophie Jamal a berné une très prestigieuse revue médicale. L'endocrinologue avait altéré sa base de données pour faire croire que le fait d'appliquer un onguent avait fait augmenter la densité osseuse de ses patientes à risque d'ostéoporose. Elle a donc perdu son emploi l'an dernier, et perdu à jamais le droit de demander des subventions fédérales.

En 2013, les Américains ont révélé qu'un pathologiste prometteur de l'Université Western Ontario (Hao Wang) avait faussement rapporté avoir réussi une greffe de rein sur deux singes.

La même année, l'Université McGill a obtenu gain de cause contre l'un de ses chercheurs les plus connus - et les plus subventionnés -, Avi Chaudhuri. Le professeur de psychologie avait menti au sujet de 14 voyages en Inde, prétendant s'y rendre pour faire ses recherches, alors qu'il y faisait plutôt rouler une entreprise lui appartenant. Il a été congédié.

De leurs propres aveux, plusieurs scientifiques ne se font jamais prendre. Environ 2% des chercheurs sondés lors d'enquêtes scientifiques admettent avoir déjà falsifié ou fabriqué des données. Et 9% avouent avoir déjà adopté d'autres pratiques discutables.

Les scientifiques détestent parler de ces dérives en public, par crainte que la population n'oublie que 90 % d'entre eux sont rigoureux et honnêtes, et ne condamne injustement la science dans son ensemble.

En privé, par contre, « il y a un besoin criant de se défouler, vous n'avez pas idée ! », constate le professeur Bryn Williams-Jones, qui dirige les programmes de bioéthique à l'UdeM et collabore à une enquête internationale lancée par son ancienne étudiante, Élise Smith.

Le sondage portait sur la signature des études savantes, mais les participants en avaient long à dénoncer. « Ils nous parlent d'abus, de manipulations de données, de harcèlement, de conflit d'intérêts... énumère le bioéthicien. Leurs témoignages font déjà 300 pages ! »

Influence mortelle

« Le manque d'intégrité, c'est hyper dangereux ; les décideurs se basent sur des données scientifiques de toutes sortes dans leur travail », prévient le professeur Williams-Jones.

En santé, il suffit d'un seul délinquant pour causer « d'immenses dégâts », car des millions de médecins se fient aux études pour traiter leurs patients, précise le Dr Hébert.

« La recherche clinique frauduleuse ou mal menée peut tuer. »

Des chercheurs ont accusé deux scientifiques européens d'avoir eu ce genre d'influence mortelle. Le premier (l'anesthésiste Joachim Boldt) prônait l'emploi d'un soluté controversé pour réanimer les patients en insuffisance circulatoire. Le second (le cardiologue Don Poldermans), celui de bêtabloquants lors d'opérations à haut risque. Ces deux pratiques tuaient probablement beaucoup plus de gens qu'elles n'en sauvaient, a-t-on compris trop tard - après avoir découvert, il y a quelques années, que chacun des deux hommes avait publié des données fictives ayant brouillé les cartes.

Des jeunes sont également morts après avoir attrapé la rougeole, parce que leurs parents avaient lu que les faire vacciner risquait de les rendre autistes. Dans sa pseudo-étude portant sur 12 enfants, l'ex-médecin britannique Andrew Wafefield [ces faits restent discutables] avait pourtant déformé le contenu de chaque dossier médical, sans exception. Et caché le fait qu'un avocat lui avait versé plus de 700 000 $ après lui avoir commandé l'étude pour justifier le dépôt de poursuites judiciaires contre les fabricants de vaccins.

Des millions gaspillés

Chaque année, les scientifiques malhonnêtes privent la société de millions de dollars. « En fraudant, tu gaspilles tes propres fonds de recherche et tu amènes plein d'autres scientifiques à suivre de fausses pistes avec les leurs, dénonce le Dr Hébert. Ça mobilise des ressources rares en pure perte, alors qu'elles auraient pu permettre de vrais progrès. »

Les agences canadiennes tentent de réduire les dégâts en exigeant que les délinquants remboursent les fonds mal utilisés. En cinq ans et demi, elles ont ainsi récupéré près de 0,9 million, soit 80 % des sommes réclamées (et l'équivalent de 0,038 % de leur budget annuel de 2,38 milliards).

Quarante-deux chercheurs se sont par ailleurs retrouvés sur une « liste noire » qui les empêchent de recevoir des subventions - dont sept pour toujours.

D'année en année, le nombre de délinquants sanctionnés augmente. « On accepte maintenant de recevoir les allégations anonymes, précise Susan Zimmerman, directrice du Secrétariat pour la conduite responsable de la recherche, qui assiste les agences subventionnaires. On essaie de faciliter les choses pour encourager les gens à parler. »

Cas de plagiat, de falsification ou de fabrication sanctionnés de 2012 à 2017

39 par le Secrétariat pour le conduite responsable de la recherche (Canada) :
92 par la National Science Foundation (EU)
54 par l'Office for Research Intergrity (EU)
Un premier bilan détaillé

Dès qu'un scientifique soutenu par des fonds fédéraux est soupçonné d'inconduite, les universités sont tenues d'alerter le Groupe et le Secrétariat pour la conduite responsable de la recherche. Elles doivent ensuite leur transmettre leurs rapports d'enquête. C'est la règle depuis décembre 2011, les trois agences subventionnaires fédérales s'étant alors dotées d'une politique commune - une innovation notamment motivée par le scandale survenu à l'Université Memorial. Le Secrétariat aide les agences à faire appliquer les règles et compile les statistiques rapportées dans ce reportage. C'est la toute première fois qu'il livre un bilan détaillé des manquements et des sanctions enregistrées depuis sa création. L'an dernier, les trois agences fédérales ont soutenu 36 000 chercheurs.

Pourquoi frauder ?
Qu'est-ce qui pousse des scientifiques -  censés chercher la vérité - à frauder ? Voici ce qu'ont répondu les principaux intéressés.

La compétition féroce

« Dans la position académique que j'occupais, ton estime de toi dépend des subventions obtenues. [...] J'étais sur un tapis roulant et je ne pouvais pas descendre », a déclaré le chercheur en obésité Eric Poehlman lors de son procès criminel couvert par le New York Times.

Sans fonds, un chercheur ne peut ni faire rouler son labo, ni publier, ni être promu. « Et comme les athlètes qui se dopent, certains pensent qu'ils ne peuvent pas réussir sans tricher », analyse l'éthicien Bryn Williams-Jones, de l'Université de Montréal.

« Trop de structures encouragent les comportements nocifs. Des taux de réussite de 12 % lors des demandes de subvention, ça crée une compétition hallucinante, qui favorise les manquements. »

La vanité

« Ce sont la vanité et l'autoglorification qui l'ont motivé. C'était un expert mondial, qui voyageait en première classe pour donner des conférences à travers le monde. » L'éditeur scientifique Steven Shafer a expliqué de cette façon pourquoi l'anesthésiste allemand Joachim Boldt, a pu publier 94 études frauduleuses.

Besoin de pouvoir, d'admiration, arrogance... Dans les sphères hautement compétitives, ces traits narcissiques sont fréquents, d'après la diplômée en psychologie légale Cristy McGoff, que le site RetractionWatch a interrogée au sujet des cas gérés dans son université américaine. « Se percevoir comme étant respecté et omniscient peut amener quelqu'un à pousser le bouchon. »

La maladie

« Certains de ses comportements étaient si illogiques et outrageux qu'il est évident qu'il n'était pas capable de penser rationnellement à l'époque. »

D'après son avocat, c'est la maladie qui a poussé Scott Reuben à frauder. Des épisodes de manie lui ont permis d'abattre un travail insensé, jusqu'à ce qu'il ne parvienne plus à remplir ses engagements et commence à avoir recours à son imagination.

Avide d'attention et devenu inconscient des risques, l'anesthésiste a prétendu avoir enrôlé 200 patients ayant subi un remplacement du genou, alors que son hôpital effectuait très peu d'opérations du genre.

À l'époque du procès, il avait tout perdu - sa femme, son permis de médecin, sa fortune - et emménagé chez ses parents.

La pente glissante

« Il a commencé à tricher un peu, et la tromperie est devenue totalement incontrôlée. » Voici comment le chercheur norvégien Jon Sudbø a fini par inventer 908 patients, selon ce qu'a déclaré son avocat à l'époque.

« Le premier pas sur le chemin de la fraude est probablement franchi en raison d'une peur égoïste », explique la psychologue Jennifer Crocker dans la revue Nature. Tout commence par la crainte d'être mal vu ou « de ne pas obtenir le poste, la subvention ou le prix convoités ». Mais le chercheur se sent mal d'avoir triché et rationalise son geste pour se revaloriser, ce qui rend le prochain pas facile à franchir.

L'obsession des résultats

« Il vaut mieux publier des résultats positifs pour [sa] carrière. C'est de ça qu'il s'agit : gravir les échelons. » Le lanceur d'alarme Peter Wilmshurst a raconté au quotidien Der Spiegel que ses confrères peu scrupuleux ne se font pas prier pour faire des cachettes. 

« De nos jours, les journaux et les organismes subventionnaires veulent des résultats positifs », observe le professeur Vincent Larivière, qui détient la Chaire sur les transformations de la communication savante.

« Certains chercheurs vont donc prendre quelques libertés pour obtenir des résultats plus frappants, afin de publier plus facilement dans des journaux mieux cotés et d'être plus cités. C'est bien plus répandu que la fraude. »

L'insécurité extrême

Le professeur de psychologie néerlandais Diederik Stapel, doyen de sa faculté, a inventé les résultats d'innombrables expériences jamais faites. Dans le récit autobiographique de sa chute, publié en 2012, il raconte combien la difficulté d'être publié l'angoissait et évoque son insécurité extrême. « Marquer des points te fait applaudir et un pointage élevé te fait applaudir très fort. Et les forts applaudissements sont formidables, parce qu'ils noient tes doutes au sujet de la valeur de ce que tu fais et de qui tu es. » « Comme un alcoolique ou un héroïnomane, j'ai commencé à utiliser ma dépendance pour tout régler : mauvais résultats, longue périodes sans trouver un effet ou sans publier. »

L'argent

« L'argent est un incitatif très fort, c'est la nature humaine... » Selon l'éthicien Bryn Williams-Jones, l'appât du gain a vraisemblablement motivé plusieurs fraudes scientifiques.

Au Canada, Ranjit Chandra a inventé ses travaux au sujet de vitamines de sa fabrication, censées repousser la démence. D'après la preuve déposée lors de sa poursuite en diffamation contre CBC, il espérait réaliser des ventes de 125 millions.

Après avoir fui en Inde en 2002, l'allergologue est revenu pratiquer la médecine dans la grande région de Toronto. La police a affirmé l'an dernier qu'il en a profité pour frauder la régie de l'assurance maladie ontarienne, avant de repartir en Inde.

Les justiciers de la science

Excédés de voir leur réputation ternie, des scientifiques s'efforcent de démasquer leurs confrères malhonnêtes et de nettoyer la littérature savante. Voici leurs méthodes - si efficaces qu'elles font exploser le nombre d'études discréditées et rayées de la carte.

Mauvais menteurs

Des invraisemblances grossières provoquent parfois la chute de stars de la recherche. Le Norvégien Jon Sudbø avait attribué la même date de naissance à 250 des 908 cancéreux qu'il avait inventés. Et il a prétendu les avoir trouvés dans une base de données qui n'existait pas encore.

Le Canadien Ranjit Chandra a, quant à lui, attribué des scores cognitifs si faibles à ses sujets (censément normaux, mais fictifs) qu'ils semblaient atteints d'un retard mental.

D'autres ont recyclé des séries de chiffres d'une étude à l'autre (dont Chandra et le professeur de psychologie néerlandais Diederik Stapel). Ou rapporté avoir réalisé un sondage en science politique si complexe (l'étudiant américain Michael LaCour) qu'un autre étudiant désireux de reproduire l'expérience a découvert que cela nécessitait un budget insensé.

Lire la suite:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés