Suivez ce blog via Facebook

samedi 9 mai 2015

La guerre des soldats-robots

* China Preparing for Drone Warfare


Des drones d’attaque, des drones de surveillance, des drones d’espionnage, des drones de défense, des drones de 14 tonnes, des drones minuscules comme des insectes, des drones de haute altitude, des drones de basse altitude...

Les drones ne sont pas si nouveaux. Certains font remonter leur naissance au début du 20ième siècle. Depuis, ils se sont diversifiés et complexifiés. Les États-Unis posséderaient les 2/3 des drones militaires existants, soit environ 8 000. Mais allez savoir le nombre exact de drones militaires qui sillonnent les airs.

Les drones militaires peuplent depuis longtemps les films et les séries de science fiction. Ils ont presque toujours une connotation effrayante. Ces drones limitent la liberté des gens, ils les tuent.

Drones inhumains

Les populations n’aiment pas les drones militaires. La raison est bien simple : ils peuvent tuer sans intervention humaine directe. En cela, ils éveillent entre les humains des sentiments de solidarité et de rage semblables à ceux que peut provoquer, par-exemple, un tigre qui entre dans un village. Les rivalités disparaissent d’un coup, les humains font bloc pour lutter contre cet ennemi d’une autre espèce.

Ces armes cauchemardesques qui ne requièrent pas le jugement direct d’un être humain pour tuer un autre être humain ne sont pas nouvelle non plus. C’est bien à cette catégorie qu’appartiennent les mines anti-personnelles. Il faut  rappeler que même si ces armes sont à présent interdites dans la majorité des pays du monde, 37 pays dont les États-Unis, la Chine et la Russie, demeurent en dehors de la convention contre les mines anti-personnelles.

Armes actives

Mais les mines anti-personnelles sont passives. Il faut passer près d’elles pour qu’elles explosent. Les drones au contraire sont actifs. Ces armes nouvelles recherchent activement  et automatiquement des ennemis à tuer. Ce sont des soldats-robots. Selon Amnistie Internationale, les drones militaires attaqueraient indistinctement les personnes qui tenteraient d’apporter des secours aux humains qu’ils ont visés.
Il n’y aura pas de retour en arrière. Les soldats-robots sont destinés à se multiplier et à se diversifier. Des généraux viendront expliquer que ces robots peuvent être dotés d’un simili-jugement, qu’il vaut mieux ne pas risquer au combat la vie de vrais soldats humains, que ces soldats-robots sont de toute façon ultimement contrôlés par des humains. Mais la raison première du déploiement des drones militaires est leur efficacité de plus en plus redoutable contre les humains.

Guerres nouvelles

Certes des contre-drones sont aussi développés. On peut même imaginer que dans quelques décennies, des guerres opposeront des armées de robots. Du reste, les extraordinaires développements de l’informatique opposent déjà les uns aux autres les systèmes informatiques de différents pays.

Mais tout de même, il semble bien que les drones fassent entrer l’Humanité dans un nouveau type de guerre dont on commence à peine à entrevoir les contours.
En ce sens, les excuses du président américain pour les deux travailleurs humanitaires tués par des drones ont quelque chose de pathétique. Il s’agit de bien plus que de deux vies humaines. Il s’agit d’une armée qui a développé de nouveaux types d’armement et d’un président qui cautionne cet armement. M. Obama réalise-t-il vraiment ce que cela implique?

Source:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés