Suivez ce blog via Facebook

mercredi 30 novembre 2011

Confirmé: tout le personnel et les élèves des écoles (du Québec) qui n'auront pas la preuve de couverture vaccinale contre la rougeole devront rester à la maison en cas d'épidémie!

Je viens de recevoir la lettre envoyée à tout le personnel scolaire, en provenance de la Santé publique, dont voici quelques extraits:

"Le personnel et les intervenants des écoles, les bénévoles ayant des contacts significatifs avec les élèves ainsi que les chauffeurs d'autobus nés à partir de 1970 sont aussi visés par cette campagne de rattrapage contre la rougeole."

"Une personne est considérée comme protégée si elle est :
 
née entre 1970 et 1979 et qu’elle a reçu une dose de vaccin contre la rougeole le jour de son premier anniversaire ou après;
née avant 1970, même si elle n’a reçu aucune dose de vaccin contre la rougeole."
née en 1980 ou après et qu’elle a reçu deux doses de vaccin contre la rougeole le jour de son premier anniversaire ou après;

"Tel que stipulé par le directeur de la Santé publique de Lanaudière, Dr. Jean-Pierre Trépanier, dans le cas d’une éclosion dans votre école, il pourrait aussi être demandé aux élèves et aux personnes considérés comme non protégés contre la rougeole de rester à la maison, et ce, dans le but de les protéger et d’arrêter la transmission du virus."

L'Ambassade britannique à Téhéran envahie

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/29/iran-des-manifestants-saccagent-l-ambassade-britannique-a-teheran_1610758_3218.html

La France rappelle son ambassadeur en Iran pour "consultation"

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/11/30/l-attaque-de-l-ambassade-britannique-a-teheran-condamnee_1610964_3216.html

La Grande Bretagne ordonne la fermeture de l'ambassade d'Iran à Londres et plusieurs autres pays font de même: la déclaration de guerre est proche...

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne a annoncé mercredi qu'elle avait ordonné la fermeture immédiate de l'ambassade d'Iran à Londres et avait fermé la sienne à Téhéran, mise à sac la veille par des manifestants.

"Le chargé (d'affaires) iranien à Londres est informé actuellement que nous demandons la fermeture immédiate de l'ambassade d'Iran à Londres et que tout le personnel diplomatique iranien doit quitter le Royaume-Uni dans les 48 heures", a dit au Parlement le secrétaire au Foreign office William Hague.

"Nous avons fermé l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran. Nous avons décidé d'évacuer tout notre personnel et, dans les minutes qui viennent de s'écouler, les derniers membres de nos représentants basés au Royaume-Uni ont quitté l'Iran", a-t-il dit.

Source:

Un affaissement gigantesque (sinkhole) apparaît après une série de tremblements de terre en Oklahoma

Et le trou s'agrandit de jour en jour...  40 pieds de profondeur et 40 pieds de circonférence.



http://www.kfor.com/news/local/kfor-massive-sinkhole-appears-overnight-20111129,0,2753754.story

Le gouvernement détient le pouvoir discrétionnaire d'emprisonner tout citoyen soupçonné d'être une menace, d'utiliser la force militaire contre la population, de suspendre la Constitution, les droits et libertés civils...


En résumé: la dictature est en place!

Les entreprises réfléchissent à un éclatement de la zone euro

L'hypothèse d'une explosion de l'euro n'est plus taboue.
Crédits photo : © Heinz-Peter Bader / Reuters/REUTERS

 

Certaines d'entre elles, notamment financières, mettent en place des plans de secours. 

Les drachmes, lires et autres marks feront-ils bientôt leur retour dans les distributeurs ? Chez les patrons, beaucoup ne veulent pas y croire, mais le tabou est tombé ces dernières semaines, la crise de la dette souveraine ayant bel et bien atteint le cœur de l'Union monétaire. «Nous n'en sommes pas là, et les politiques doivent absolument tout faire pour l'éviter, témoigne un patron du CAC 40. Mais jamais les incertitudes n'ont été aussi grandes, et, dans les cénacles de patrons européens, le sujet est omniprésent.» 

Au sein des groupes - surtout les multinationales -, l'enjeu est désormais de réfléchir à cette hypothèse qui n'est plus tout à fait d'école, de bâtir des plans d'urgence pour «le cas où». Un sujet sur lequel, sans surprise, les langues se délient davantage hors de la zone euro qu'en son sein. Outre-Manche, le gendarme britannique des banques leur a très officiellement demandé d'élaborer des plans de crise ad hoc. À New York et à Londres, tour à tour, plusieurs grandes plates-formes financières (CLS Bank, ICMA, Thomson Reuters ou encore FXall), qui exécutent des transactions de banque à banque, notamment sur le marché des changes, ont fait savoir à leurs clients qu'elles se préparaient. Pour ces opérateurs qui brassent des quantités énormes d'opérations, il s'agit d'en assurer la bonne fin et le traitement rapide, même en cas de changement de dénomination monétaire. Sur les marchés obligataires, les grands investisseurs suivent le conseil récemment donné par les équipes recherche de Nomura, qui ont publié une étude sur les «aspects légaux» d'une explosion de l'euro: ils recensent leurs contrats, sachant que ceux qui dépendent d'une juridiction différente du pays qui sortirait de la monnaie unique auront plus de chances d'être exécutés en euros que dans la nouvelle devise, forcément dévaluée… 

Exercice de simulation théorique 

En France aussi, même si on en parle moins, on se prépare dans les entreprises. «Ce serait irresponsable de notre part de ne pas y réfléchir», témoigne le dirigeant d'un grand groupe. «Nous travaillons tous sur des scénarios de sortie de la monnaie unique, mais sans trouver pour l'instant de solutions aux problèmes immenses que cela poserait: comment gérer la trésorerie ? Comment faire les feuilles de paie ? Quelle monnaie serait disponible dans les distributeurs de billets ? Ce serait un saut terrifiant dans l'inconnu», ajoute un autre. Car les entreprises ont beau vouloir se préparer, bâtir des plans d'urgence comme pour n'importe quelle autre catastrophe, celle-ci est particulièrement difficile à scénariser. «Faut-il parier sur la sortie d'un, deux, quatre pays de l'euro ? Sur la création d'une “zone mark” élargie ? Sur une explosion complète et désordonnée de l'euro ?» s'interroge un dirigeant. 

L'exercice de simulation reste donc très théorique. Les repères manquent cruellement, au point que certains se replongent dans «l'avant»-euro, pour se rappeler comment cela fonctionnait. Pour l'heure, ce sont plutôt les trésoriers qui sont à la manœuvre, rapatriant le cash encore localisé dans les pays considérés comme les plus fragiles et prévoyant les procédures d'urgence pour récupérer au plus vite leurs fonds restés dans tel ou tel pays de la zone pour les besoins de l'activité. 

Bouclier de l'OTAN: Moscou active son système d'alerte antimissile

«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons d'autres moyens de défense, nous prendrons des mesures sévères, comme je l'ai promis le 23 novembre», a mis en garde le président russe, Dmitri Medvedev.  Photo: Mikhail Klimentyev, Reuters

La Russie a activé son système d'alerte antimissile à Kaliningrad, enclave russe aux portes de l'Union européenne, afin de répondre aux «menaces» représentées par le projet de bouclier antimissile de l'OTAN en Europe, a indiqué mardi le président Dmitri Medvedev.

La station radar «Voronej-TM» a été activée, a précisé le chef de l'État après avoir menacé le 23 novembre de déployer des missiles balistiques à Kaliningrad si les États-Unis et l'OTAN continuaient de mettre Moscou devant le «fait accompli».

«J'espère bien que cette démarche sera considérée par nos partenaires comme un premier signal montrant que notre pays est prêt à répondre de manière adéquate aux menaces du système de défense antimissile (de l'OTAN) pour nos forces stratégiques nucléaires», a déclaré M. Medvedev au cours d'une réunion avec des hauts responsables de l'armée dans la région de Kaliningrad.

«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons d'autres moyens de défense, nous prendrons des mesures sévères, comme je l'ai promis le 23 novembre», a mis en garde le président russe, cité par les agences.

M. Medvedev avait alors expliqué que l'une de ces mesures consisterait à déployer dans la région de Kaliningrad une batterie de missiles Iskander.

Il s'agit de missiles de courte portée, dont le champ d'action est de 280 kilomètres mais peut atteindre, selon des responsables russes, 500 kilomètres dans certaines versions.

Le président russe a rappelé que Moscou exigeait depuis des mois des garanties que le projet de bouclier antimissile américain en Europe ne menaçait pas la Russie.

«Nous ne pouvons plus nous contenter de promesses verbales selon lesquelles le système (de bouclier antimissile américain) n'est pas dirigé contre la Russie. Des déclarations verbales ne sont pas une garantie pour nos intérêts», a-t-il ajouté.

La Russie, qui dit craindre que ce système ne réduise à néant sa force de dissuasion, a exigé d'y être associée, en vain jusqu'à présent.

De leur côté, les États-Unis ont indiqué à maintes reprises que le système antimissile auquel la Roumanie, la Turquie, la Pologne et plus récemment l'Espagne ont officialisé leur participation ne menaçait pas la Russie.

M. Medveved a toutefois observé que l'activation du système d'alerte antimissile «ne fermait pas la porte au dialogue pour continuer à discuter de ces questions avec nos partenaires».
Ces équipements sont un «instrument de contrôle de l'espace aérien» et ne constituent «pas, en soi, une menace pour nos voisins», a-t-il dit.

Mercredi, les États-Unis avaient répondu à Moscou en soulignant à nouveau que leur système ne menaçait pas la Russie, et qu'ils ne comptaient pas renoncer à sa mise en place. L'OTAN avait jugé que la menace russe était une réponse «décevante».

La nouvelle station radar «Voronej-TM» permet d'observer simultanément jusqu'à 500 objets volants -missiles, avions, etc.- sur une distance allant jusqu'à 6000 km, a précisé pour sa part le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov.

Source:
http://www.cyberpresse.ca/international/europe/201111/29/01-4472701-bouclier-de-lotan-moscou-active-son-systeme-dalerte-antimissile.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_europe_287_section_POS1

mardi 29 novembre 2011

Détenir plus de 7 jours de réserves alimentaires peut faire de vous un potentiel terroriste

Accumuler quelques sacs de farine et des conserves de sauce tomates peut signifier des intentions malveillantes, un potentiel d'attentat terroriste qui menace la sécurité nationale!  Guantanamo Bay pour détention de pois chiches en grande quantité! 

Au delà de l'ironie, ce sont les propos tenus par le Sénateur Rand Paul qui prétend défendre les citoyens américains contre la loi qui autorise la détention préventive (sans jugement) contre tout citoyen prétendu menaçant pour la sécurité nationale.  De posséder des réserves alimentaires est maintenant considéré comme étant un indice d'appartenance à un groupe ou à une idéologie anti-gouvernement, appelé officiellement le "terrorisme domestique"...

Belle contradiction avec les programmes gouvernementaux qui incitent les citoyens à disposer d'une trousse et d'un plan d'urgence!


Un nouveau bunker sous la Maison Blanche?

Le mystère plane toujours sur ce qui a toutes les apparences d'un abri présidentiel souterrain...

http://www.businessinsider.com/obamas-new-bunker-2011-11

Le plus récent film de la série "Twilight" (IV) déclenche des troubles convulsifs

Épilepsie ou un phénomène plus étrange encore???

 Voici plusieurs liens où vous pourrez constater les différents évènements rapportés dans les médias:
http://www.google.ca/#pq=film+twilight+%C3%A9pilepsie&hl=fr&sugexp=ppwe&cp=13&gs_id=18&xhr=t&q=twilight++IV+%C3%A9pilepsie&pf=p&sclient=psy-ab&source=hp&pbx=1&oq=twilight++IV+%C3%A9pilepsie&aq=f&aqi=&aql=&gs_sm=&gs_upl=&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.,cf.osb&fp=772682d2cba631dd&biw=1329&bih=529

La vaccination au Québec est, finalement, obligatoire!

Une dame, bénévole dans une école de la région de la Mauricie-Centre du Québec, a écrit sur le site de Jonathan (blog-ami) que la direction de l'école l'a informé que tous les membres du personnel, direction, enseignants, bénévoles, qui refuseront de se faire vacciner contre la rougeole seront en congé forcé SANS SOLDE pour un temps indéterminé.  Cette mesure, proclamée par la Santé Publique, en totale collusion avec l'Industrie pharmaceutique, rend ainsi la vaccination obligatoire.  

On prétexte à une épidémie en suggérant des données bidons pour créer une propagande suffisante pour imposer une vaccination massive.  Payant les épidémies...   

Que disent les lois à propos de la vaccination au Québec? 

Au Québec, la vaccination est un libre-choix.   

Charte canadienne des droits et libertés, article 7: 

7. Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale.
Charte québécoise des droits et libertés, article 1: 

1. Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne. Il possède également la personnalité juridique.
Code civil du Québec, article 11: 

11. Nul ne peut être soumis sans son consentement à des soins, quelle qu'en soit la nature, qu'il s'agisse d'examens, de prélèvements, de traitements ou de toute autre intervention. 

Un jugement a été rendu en mars 1990 et un juge a reconnu que lors d'une épidémie (comment on détermine quand il y a "épidémie"?) de rougeole, les parents ne sont pas tenus de faire vacciner leurs enfants, mais doivent les retirer de l'école jusqu'à ce que se résorbe la situation. 

La Loi sur la santé publique du Québec, à l'article 123, déclare ceci:   

« Au cours de l'état d'urgence sanitaire, le gouvernement ou le ministre peut ordonner la vaccination obligatoire de toute la population contre la variole ou contre une autre maladie contagieuse menaçant gravement la santé de la population. »  Dans cette disposition, un juge d'une cour municipale peut même ordonner la vaccination obligatoire pour tous les citoyens...

Donc, selon ces lois, l'école peut retirer les enfants des écoles en toute légalité, tout comme elle peut priver ses employés de salaire pendant un temps jugé nécessaire. Même contraintes pour tous les employés dans tous les domaines.  La vaccination est réputée être non-obligatoire au Québec, mais elle est en fait obligatoire dans des circonstances préétablies.  


Un séisme de 6,0 aux Philippines dans les dernières heures

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/quakes_all.php

Les fonctionnaires de l'Union Européenne se sont rencontrés dans une tentative désespérée de sauver l'euro: Ordo Ab Chaos à son meilleur!

Les ministres de la zone euro se sont réunis mardi dans l'optique de sauver leur monnaie, pour protéger l'Europe, les États-Unis, l'Asie et le reste de l'économie mondiale d'un tsunami financier.

Les ministres ont discuté de la possibilité que les pays cèdent leur souveraineté fiscale à une autorité centrale.

Lire la suite, en anglais, ou dans les prochains jours dans les fils de presse francophones:http://www.cnbc.com/id/45472580

Le ministre israélien des Finances a donné des instructions à ses employés dans l'éventualité de l'effondrement de l'euro

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4154972,00.html

American Airlines sous la protection de la loi sur les faillites

La compagnie aérienne American Airlines et sa maison-mère, le holding AMR (AMR), ont annoncé jeudi avoir deposé leur bilan, tout en assurant que la continuité de ses opérations était pour l'heure assurée grâce à une trésorerie disponible de 4,1 milliards de dollars.

Dans un communiqué, la compagnie a expliqué que la réorganisation qui va être désormais engagée, comme le permet le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, allait lui permettre d'abaisser durablement ses coûts de fonctionnement, notamment en matière salariale.

Démission du PDG Gerard Arpey

Le PDG d'American Airlines et d'AMR, Gerard Arpey, a été remplacé dans toutes ses fonctions par Thomas Horton, un vétéran de la compagnie aérienne, qui devra mener à bien sa restructuration sous supervision judiciaire, selon un communiqué publié mardi.

M. Horton est entré chez American Airlines en 1985 et y a fait toute sa carrière, à l'exception d'une période de quatre ans (2002-2006) passée chez l'opérateur téléphonique AT&T, où il était directeur financier.

Le titre d'AMR perdait plus de 60% de sa valeur lors des transactions électroniques qui précèdent l'ouverture des Bourses.

Source:

lundi 28 novembre 2011

Armes à impulsions électromagnétiques (EMP)

Les EMP ou impulsions électromagnétiques (IEM), sont des armes redoutables capables d’endommager les systèmes électroniques, qu’il s’agisse d’ordinateurs, de véhicules personnels ou encore de systèmes d’armes. Ces systèmes sont des armes de guerre électronique (EW), qui peuvent brouiller des signaux ou endommager des systèmes électroniques et informatiques, mais les IEM constituent également des armes stratégiques, de par leur capacité à endommager des systèmes critiques et à rendre inopérantes des infrastructures entières.
Lire la suite:

Fitch envisage d'abaisser la note des USA, perspective "négative"

L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a indiqué lundi qu'elle envisageait d'abaisser la note attribuée à la dette des Etats-Unis, faisant passer la perspective de "stable" à "négative".
Si l'agence a confirmé la note, la meilleure possible à "AAA", elle a fait part de sa "confiance de moins en moins grande" en la possibilité de voir prises "les mesures budgétaires nécessaires pour mettre les finances publiques des Etats-Unis sur un chemin viable".

Source:

Une loi permettant d'emprisonner les citoyens sans procès

Je vous invite à lire l'article sur le site de Place Unique:
http://xlaplacepubliquex.blogspot.com/2011/11/bientot-dans-votre-quartier-une-loi.html

L'agenda de la dictature mondiale se poursuit...

dimanche 27 novembre 2011

La grippe espagnole, une arme bactériologique?

La grippe de 1918, surnommée en France grippe espagnole, est la pandémie la plus dévastatrice qui ait frappé le monde au XXe siècle est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse de grippe qui s'est répandue en pandémie de 1918 à 1919. Elle a fait entre 30 millions de morts selon l'Institut Pasteur et 100 millions selon certaines réévaluations récentes. La première vague de la maladie fait son apparition en Chine au printemps 1918. La grippe est très contagieuse et se répand à une vitesse vertigineuse. À la fin du printemps 1919 la grippe disparait subitement. La grippe espagnole fit environ 408 000 morts en France. Elle se déroula essentiellement durant l'hiver 1918-1919. On estime que 50 % de la population mondiale fut contaminée (soit à l'époque 1 milliard d'habitants).        

En quelques mois seulement, la pandémie fit plus de victimes que la Première Guerre mondiale qui se terminait. La progression du virus fut foudroyante : des foyers d'infection furent localisés dans plusieurs pays et continents à la fois en moins de 3 mois, et de part et d'autre des États-Unis en sept jours à peine. Les symptômes étaient si peu communs qu'au début la grippe a été diagnostiquée comme de la dengue, du choléra ou de la typhoïde. Il faut noter que contrairement à la grippe elle tuait la plupart du temps des jeunes adultes, avec 99% des décès chez les moins de 65 ans dont plus de la moitié dans la tranche 20-40 ans.       

L'utilisation d'une arme bactériologique       

En 1948, Heinrich Mueller, l'ancien chef de la Gestapo, explique à son interrogateur de la CIA que la pandémie a été créée par l'homme. Mueller a dit que la grippe avait été conçue en tant qu'arme bactériologique par l'armée des Etats Unis. Devenue hors de contrôle elle aurait infecté les troupes au Camp Riley au Kansas en mars 1918. Mueller tire cette information du Général Walter Schreiber, Chef du Corps Médical de l'armée allemande, qu'il a rencontré en Berlin en 1944. Celui ci avait passé deux mois aux Etats Unis en 1927. Ses homologues états uniens lui on dit qu'elle avait été développée et utilisée pendant la première guerre mondiale, mais au lieu de ne tuer que les allemands elle s'est propagée dans le monde. La grippe opérait en deux coups: le premier attaquait le système immunitaire et rendait la victime sensible et ainsi condamnée au deuxième coup qui était une forme de pneumonie. Dans le contexte de la guerre froide, dit Mueller: " Si Staline envahissait l'Europe, une petite maladie ici et là aurait éliminé ses hordes en laissant tout intact. Du reste, une petite bouteille de germes est tellement meilleur marché qu'une bombe atomique, n'est ce pas? D'autre part, la menace de guerre...fait des merveilles...pour l'économie."      

En 1948, Heinrich Mueller, l'ancien chef de la Gestapo, a dit à son interrogateur de la CIA que la peste la plus dévastatrice de l'histoire humaine avait été créée par l’homme.        

Il se référait à la pandémie de grippe de 1918-1919 qui infecta 20% de la population mondiale et tua entre 60 et 100 millions de gens. C’est en gros, trois fois autant que les morts et blessés de la WWI (Première Guerre Mondiale), et c’est comparable aux pertes de la WWII, néanmoins cette peste moderne a disparue au fond du trou de la mémoire.        

Mueller a dit que la grippe a commencé comme une arme de guerre bactériologique de l'armée US qui a infecté de façon ou autre les rangs de l'armée US au Camp Riley du Kansas en mars 1918, et s’est propagée autour du monde.       

Il dit qu'elle « s’est libérée du contrôle », mais nous devons tenir compte de la possibilité horrible que « la grippe espagnole » était une mesure de dépopulation délibérée de l'élite, et qu'elle pourrait être utilisée encore. Les chercheurs ont trouvé des liens entre elle et l’actuelle « grippe aviaire ». [1]       

Il n'y avait rien « d’espagnol » dans cette grippe. Selon Wikipedia       

« Aux USA, environ 28% de la population en ont souffert, et 500.000 à 675.000 personnes en sont mortes. 200.000 en sont mortes en Grande-Bretagne ; plus de 400.000 en France. Des villages entiers ont péri en Alaska et en Afrique australe. En Australie 10.000 personnes environ sont mortes. Aux Îles Fidji, 14% de la population est morte en seulement deux semaines et 22% aux Samoa occidentales. 17 millions environ sont morts en Inde, soit à peu près 5% de la population de l’époque. Dans l'armée indienne, pratiquement 22% des troupes ont attrapé la maladie et en sont morts. »       

En fait, les symptômes en 1918 étaient si peu communs qu'au début la grippe a été diagnostiquée comme de la dengue, du choléra, ou de la typhoïde. Un observateur a écrit, « L’une des plus dramatiques complications était l’hémorragie des membranes muqueuses, particulièrement du nez, de l'estomac, et de l'intestin. Des saignements d’oreilles et des hémorragies pétéchiales de la peau se sont également produites.       

Une autre caractéristique peu commune de cette pandémie est qu’elle tuait la plupart du temps des jeunes adultes, avec 99% des décès chez les moins de 65 ans [2], dont plus de la moitié chez les jeunes adultes de 20 à 40 ans. C'est peu commun puisque la grippe est normalement plus mortelle chez les très jeunes (moins de deux ans) et chez les très vieux (plus de 70 ans). »      

La source de Mueller       

Lors d’une conférence nazie à Berlin en 1944 à propos de la guerre bactériologique, le Général Walter Schreiber, Chef du Corps Médical de l'armée allemande, a dit à Mueller qu'il avait passé deux mois aux USA en 1927 à s’entretenir avec ses homologues. Ils lui ont dit que le « soi-disant double coup viral » (c’est-à-dire la grippe espagnole) a été développé et utilisé pendant la guerre de 1914.       

« Mais, » selon Mueller, « elle est devenue hors contrôle et, au lieu de tuer les allemands qui s'étaient rendus à l’époque [3], elle est revenue sur eux, et sur presque tous les autres. ». Extrait de « Gestapo Chief : The Interrogation of Heinrich Mueller » (Chef de la Gestapo : L’interrogatoire de Heinrich Mueller),Vol. 2 par Gregory Douglas, p. 106. (En fait l'armistice n'a eu lieu que le 11 août 1918.)        

James Kronthal, l'interrogateur, chef de la station de la CIA de Berne, a demandé à Mueller d’expliquer le « double coup viral. » Cela me rappelle le SIDA.        

Mueller : « Je ne suis pas médecin, vous comprenez, mais le « double coup » se rapportait à un virus, ou en fait à une paire de virus qui œuvraient en combattants professionnels. Le premier coup attaquait le système immunitaire et rendait la victime sensible, et ainsi condamnée au deuxième coup qui était une forme de pneumonie… [Schreiber m'a dit] qu'un scientifique britannique l'avait réellement développée… Maintenant vous voyez pourquoi de telles choses sont folie. Ces choses peuvent se modifier elles-mêmes et ce qui commence comme une chose limitée peut se changer en quelque chose de vraiment terrible. »       

Le sujet de la grippe espagnole a surgi dans le contexte d'une discussion sur le typhus. Mueller a dit que les nazis avait délibérément introduit le typhus dans les camps de prisonniers de guerre russes et, avec la famine, il a tué environ trois millions d'hommes. Le typhus a été propagé à Auschwitz et dans d'autres camps de concentration avec des prisonniers de guerre russe et polonais.       

Dans le contexte de la guerre froide, dit Mueller : « Si Staline envahissait l'Europe… une petite maladie ici et là aurait éliminé ses hordes en laissant tout intact. Du reste, une petite bouteille de germes est tellement meilleur marché qu'une bombe atomique, n'est-ce pas ? Pourquoi voulez-vous tenir dans votre main plus de soldats que Staline pouvait sans doute en commander. Vous n’aurez pas à les nourrir ni à les vêtir, ni à les fournir en munitions. D'autre part, la menace de guerre… fait des merveilles… pour l'économie. » (108)        

Mueller est-il crédible ? À mon avis il l’est. Gregory Douglas apparaît être le pseudonyme de son neveu à qui il a laissé ses papiers. Normalement un canular ne couvrirait pas des milliers de pages. The Interrogation fait 800 pages. Les mémoires font 250 pages. Les archives microfilmées couvrent apparemment 850.000 pages. En conclusion, le matériel que j'ai lu est incroyablement bien informé, il fait autorité, il est bien fondé et cohérent.        

Conclusion       

La secte des « élites » n'a fait nul secret de son désir de diminuer la population mondiale. (Voir Alan Stang, Population Extermination : How Will it be Done ?l (L’extermination de la population : Comment la fera-t-on ? ).        

Il est possible que la WWI ait été décevante pour l'élite en termes de nombres de tués. Que « la grippe espagnole » ait été délibérée ou non, nous ne pouvons trancher. Mais apparemment l'armée US a des antécédents d'expérimentation des drogues, des produits chimiques et des bactéries sur des soldats non avertis [4]. Est-ce qu'une telle expérience est devenue « hors contrôle » à Fort Riley ?        

Jusqu'ici, la grippe aviaire n’a tué que 160 personnes depuis 2003. Est-ce l’annonce de quelque chose de plus mortel ? Avec optimisme ça ne l’est pas, mais nous devrions nous souvenir du précédent abominable que constitue la pandémie de grippe de 1918.     

Source:

Le Président de la Russie menace l'OTAN - 3e guerre mondiale? (français)

Pour obtenir la vidéo en français, cliquez sur le lien qui apparait dès le début sur l'écran.

samedi 26 novembre 2011

Rougeole: les élèves non vaccinés retournés à la maison (Québec)

* Si votre vaccin fonctionne, qu'avez-vous donc à craindre des non-vaccinés?   En expulsant les élèves non-vaccinés des écoles, c'est la preuve que la vaccination est devenue obligatoire au Québec.  Le libre-choix c'est de la foutaise, nous sommes sous la dictature vaccinale.

(Québec) Si une éclosion de rougeole frappe une école secondaire ou primaire de Québec dans les prochains mois, les élèves qui ne sont pas vaccinés seront forcés de rester à la maison.

C’est ce qu’a indiqué mercredi le directeur régional de santé publique de la Capitale-Nationale, François Desbiens, après avoir annoncé qu’une importante campagne de vaccination contre la rougeole sera lancée dès le 5 décembre dans les écoles secondaires et dès le retour des classes, en janvier, dans les écoles primaires.

En cas d’éclosion de la rougeole dans une école, a précisé M. Desbiens, les élèves qui n’ont pas été vaccinés ou n’ont pas encore reçu la dose adéquate seront renvoyés chez eux «le temps que l’éclosion s’estompe ou le temps qu’ils reçoivent le vaccin».

La rougeole est une maladie très contagieuse, a expliqué François Desbiens, et les élèves qui ne sont pas vaccinés risquent de contracter le virus et de le transmettre à des jeunes enfants de moins d’un an qui ne sont pas protégés ou à des adultes dont le système immunitaire est affaibli.

Le retrait, en cas d’éclosion de la maladie, des élèves qui ne sont pas vaccinés contre la rougeole a fait «consensus» parmi les directeurs de santé publique de la province, a indiqué M. Desbiens. De plus, «la politique a été discutée avec le ministère de l’Éducation et l’école prévoira un genre de soutien scolaire pour ces enfants-là», a-t-il ajouté.

Destinée à contrer l’épidémie de rougeole qui sévit dans la province depuis avril, la campagne de vaccination «de rattrapage» contre la rougeole vise les 10 à 15 % d’enfants et d’adolescents – environ 10 000 jeunes dans la région de la Capitale-Nationale – qui sont sans protection vaccinale contre la maladie.

Taux insuffisant

Pour contrôler l’épidémie, il faudrait qu’au moins 95 % des élèves aient reçu les deux doses du vaccin. Le taux de vaccination contre la rougeole en troisième secondaire, qui sert habituellement d’indice, se situe présentement à 83 % dans les écoles de la région de la Capitale-Nationale. «Ce n’est pas suffisant pour empêcher la transmission chez les non-protégés», dit François Desbiens.

La Direction régionale de santé publique possède une base de données qui lui permet de savoir quels enfants et adolescents ont été vaccinés contre la rougeole et quels sont ceux qui ont reçu les deux doses suffisantes. Dès lundi, les autres élèves – ou leurs parents, s’ils ont moins de 14 ans – recevront un formulaire d’information et de consentement à la vaccination.

Depuis avril 2011, une épidémie de rougeole frappe le Québec. Sur les 750 cas recensés dans la province, une trentaine ont été observés dans la région de la Capitale-Nationale, dont six ont mené à des hospitalisations. Il n’y a aucun cas «actif» de rougeole pour l’instant.

Après un ralentissement cet été et cet automne, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) craint une recrudescence des cas de rougeole cet hiver et au printemps, des périodes où leur nombre a tendance à augmenter.

Les deux tiers des cas

Comme les jeunes de 5 à 19 ans représentent plus des deux tiers des cas déclarés et que l’école est un milieu propice à la transmission, le MSSS estime qu’une campagne de vaccination en milieu scolaire permettra de contrecarrer l’épidémie.

La vaccination sera aussi proposée au personnel et aux autres intervenants des écoles secondaires et primaires qui n’ont pas reçu les doses de vaccin requises ou qui ne possèdent pas de preuve de vaccination.

Une maladie oubliée

Avec le succès de la vaccination, les Québécois ont oublié à quel point la rougeole est une maladie sévère, estime le directeur régional de santé publique de la Capitale-Nationale, François Desbiens. Fièvre, nez qui coule, yeux rouges et larmoyants, toux, boutons rouges sur le corps : la rougeole s’accompagne de plusieurs symptômes qui per­durent d’une à deux semaines. Elle peut entraîner des complications importantes, comme une otite, une infection des poumons ou du cerveau ou même la mort (1 cas sur 3000).

«C’est une maladie sévère qui est là et qui sera toujours là», dit M. Desbiens.

La rougeole est également très contagieuse. Il suffit de respirer les microgouttelettes qu’une personne malade a expiré dans l’air pour attraper le virus,indique Roseline Thibeault, infectiologue au CHUQ. Une personne peut transmettre la maladie quelques jours avant de noter des rougeurs sur son corps.

En 1989, le Québec avait connu une éclosion de rougeole. Sur 10 000 cas recensés, il y avait eu 656 hospitalisations, 10 encéphalites et six décès.

Source:

Selon Alessio Rastani, tout va s'effondrer en janvier prochain!

Alessio Rastani, ce trader qui a créé une onde de choc lors de son passage sur la BBC en septembre dernier, croit que le système financier global va s'effondrer en janvier 2012, juste après le lucratif magasinage des Fêtes!

Préparez-vous à des émeutes lors de l'effondrement de l'euro: les diplomates ont reçu l'instruction de se préparer au pire!


L'talie et l'Espagne sont au bord de la faillite et des ministres britanniques croient que l'effondrement de l'euro est de plus en plus plausible.

Les diplomates se préparent à aider les Britanniques à l'étranger dans l'éventualité d'un effondrement bancaire et d'émeutes liées à la crise de la dette.  Le gouvernement, le Trésor, a d'ailleurs confirmé plus tôt ce mois-ci que la planification d'urgence pour un effondrement est actuellement en cours.  Un ministre important a révélé l'ampleur de la préoccupation du gouvernement affirmant que la Grande-Bretagne est en train de planifier la chute de la zone euro et que ce n'est qu'une question de temps!

Le British Foreign & Commonwealth Office a donné des instructions récentes aux ambassades et aux consulats concernant la planification d'urgence, leur demandant de se préparer à des scénarios extrêmes, à des émeutes et à des graves troubles sociaux.

Les diplomates doivent se préparer à aider des dizaines de milliers de citoyens britanniques dans les pays en zone euro, à envisager les conséquences lorsque les gens ne pourront plus accéder à leurs comptes bancaires, à leurs argents.

Les traités de l'Union Européenne, qui ont définient les règles d'adhésion, ne contiennent aucune disposition pour que les membres puissent en sortir.  Si les gouvernements de la zone euro n'arrivent plus à acquitter leurs dettes, les banques européennes qui détiennent leurs obligations risquent l'effondrement. 

Certains analystes croient que ce genre d'évènement pourrait provoquer l'effondrement global du système, laissant les banques incapables de redonner l'argent aux épargnants et par le fait même, mettre des milliers d'entreprises dépendantes du crédit bancaire à la rue.

Certains économistes estiment que dans le pire des cas, l'effondrement de l'euro produira la réduction du PIB de ses États-membres jusqu'à créer le chômage de plus de la moitié de la population. [les pays n'auront même plus d'argent pour mettre les gens en chômage...]


vendredi 25 novembre 2011

Zombieland!

Après les indignés: les zombies!


Pour acheter des consoles XBox, des téléviseurs 60" et le nouveau "Assasin creed"!!!
.

La robotique au service de l'humanité?


Des robots gardiens sont sur le point de rejoindre les rangs des services correctionnels de la Corée du Sud. Une prison dans la ville orientale de Pohang doit faire un essai d'un mois avec 3 automates en mars prochain.

es machines seront utilisées pour surveiller les comportements anormaux.  Les chercheurs disent qu'ils vont aider à réduire la charge de travail d'autres gardes.

La Corée du Sud vise à être un des leaders mondiaux en matière de robotique.  Les dirigeants d'entreprises pensent que ce domaine a le potentiel pour devenir une industrie d'exportations majeures.

Les trois robots mesurent 1,5 mètres et ont été conçus par un groupe sud-coréen de chercheurs qui se spécialisent dans les politiques en lien avec la criminalité et les prisons.  Les prototypes se tiennent sur quatre roues et sont équipés de caméras et de capteurs qui leur permettent de détecter les comportements à risque tels que la violence et le suicide.

Le professeur Lee Baik-Chu, de l'Université Kyonggi, qui a dirigé le processus de conception, a déclaré que les robots ont comme rôle d'alerter les gardes s'ils détectent un problème. 

L'essai d'une durée de un mois sera aux frais de la population sud-coréenne.  Une série d'investissements ont été consentis par l'État pour développer son industrie de la robotique.

Des humanoïdes sont attendus dans six universités américaines pour faire de la surveillance.  La société sud-coréenne de défense DoCAAM développe des tourelles robotiques qui peuvent être programmées pour ouvrir le feu.  Des assistants robotisés à l'enseignement sont déjà déployés dans certaines écoles pour aider les enfants à pratiquer leur prononciation.  D'autres entreprises disent viser la vente de robots pour aider à soigner les personnes âgées.

Source:http://www.bbc.co.uk/news/technology-15893772


Une deuxième tablette maya pourrait-elle révéler l'arrivée des "dieux"?

* Observez bien la tablette et toutes les illustrations qui y sont gravées.  Nous annonce-t-elle un évènement attendu par les fraternités occultes?

Avancez la vidéo pour l'observation des inscriptions, vers 2:50.

L'Institut National d'anthropologie et d'histoire du Mexique annonce que les ruines mayas montrent une autre inscription qui fait référence à l'apocalypse en 2012l, mais selon les experts de l'Institut, les rumeurs de fin du monde sont une mauvaise interprétation.

Jeudi, l'Institut a publié une déclaration indiquant que la date de l'apocalypse, soit 2012, avait été trouvée sur la surface sculptée ou moulée d'une brique dans les ruines de Comalcalco, dans la partie sud du pays.

La plupart des experts avaient dit auparavant qu'il n'y avait pas qu'une seule mention dans les glyphes mayas, mais aussi sur une tablette trouvée sur le site de Tortuguero.

Arturo Mendez, un porte-parole de l'Institut, a déclaré que le fragment de brique de Comalcalco avait été trouvé il y a quelques années et qu'il a été longuement étudié. Il n'est pas exposé, mais conservé.

Les inscriptions de  Tortuguero et comalcalco ont probablement été sculptées il y a environ 1300 ans. 

L'Institut mexicain a déclaré jeudi que "la pensée occidentale messianique a tordu la cosmovision des anciennes civilisations comme les Mayas".  Ces experts disent que les Mayas n'annoncent pas la fin du monde.

Source:

Un virus qui peut tuer la moitié de la population mondiale a été fabriqué en laboratoire...

* Cette découverte est annoncée aujourd'hui, mais nous savons que ce virus a été conçu depuis plusieurs années dans des laboratoires militaires.  Pourquoi avoir créé ce monstre génétique capable de tuer des milliards d'êtres humains?  La campagne du Center for Diseases Control (CDC) sur le thème de "L'Apocalypse Zombies" pourrait prendre tout son sens...

Un virus qui a le potentiel de tuer jusqu'à la moitié de la population mondiale a été créé dans un laboratoire.  Le virus est une souche de la grippe H5N1, grippe aviaire, qui a été génétiquement modifiée pour devenir beaucoup plus contagieuse.  Il a été créé par Ron Fouchier du Centre médical Erasmus à Rotterdam, Pays-Bas, lequel a présenté son travail au public lors d'une conférence sur l'influenza en septembre dernier.

Fouchier dit que la souche circule chez les animaux, notamment les oiseaux, mais qu'elle affecte rarement les humains.  Dans les dix années depuis l'émergence de la grippe aviaire en Asie, moins de 600 cas ont été signalés chez les humains.  Mais la souche H5N1 est particulièrement vicieuse, tuant environ la moitié des patients diagnostiqués.  Ce qui l'empêche de devenir une menace majeure pour la santé publique c'est qu'elle n'est pas facilement transmissible chez l'homme.  Ou du moins, jusqu'à présent...

Les chercheurs de l'équipe de Fouchier ont utilisé des furets pour tester la réponse humaine à la grippe.  Ils ont transmis la H5N1 d'un à l'autre pour rendre le virus plus adaptable sur de nouveaux hôtes.  Après 10 générations, le virus avait muté pour devenir aéroporté, ce qui signifie que les furets malades ont infecté les bêtes à proximité.

Une étude génétique a montré que la nouvelle souche avait seulement 5 mutations par rapport à l'originale et qu'elles se sont toutes produites dans leur milieu naturel.  La souche de Fouchier est aussi contagieuse que la grippe saisonnière humaine qui tue des dizaines de milliers de personnes chaque année.

"Je ne peux pas penser qu'un autre organisme pathogène est aussi effrayant que celui-ci", a déclaré un généticien microbien qui a travaillé sur la maladie du charbon pendant de nombreuses années.  Il ne croit pas que l'anthrax est aussi effrayant que cette souche.

Source:

Quand les bébés naîtront d'une machine

La science est peut-être sur le point de permettre la gestation des foetus humains dans des utérus artificiels. À quoi ressemblera la vie quand elle pourra se passer du corps féminin?


Une sociologue québécoise s'est penchée sur la question.

Non, les bébés ne poussent pas dans les choux. Mais ils pourraient bientôt naître d'une machine. Science-fiction? Pas du tout. Depuis plus de 50 ans déjà, des chercheurs partout sur la planète travaillent à l'élaboration d'un utérus artificiel, lequel permettrait la gestation d'un foetus, sans le moindre contact avec un corps féminin. D'ici 5, 10 ou 20 ans, ce scénario futuriste pourrait devenir réalité. Et il est grand temps que l'on s'interroge sur ses bienfaits, met en garde une sociologue québécoise, dans un essai publié la semaine dernière.

En fait, les bébés «artificiels», nous en sommes beaucoup plus proches qu'on le croit, fait valoir Sylvie Martin, auteure du Désenfantement du monde, aux éditions Liber, rencontrée hier. «Quand on jette un coup d'oeil aux techniques de reproduction qui existent déjà, on réalise que le début de la grossesse est déjà reproduit techniquement, explique-t-elle. Avec la néonatalogie et les incubateurs, on est aussi capables de reproduire la fin de la grossesse. Et cet écart entre le début et la fin de la grossesse tend de plus en plus à rétrécir.» Du coup, déjà, la question se pose: «La grossesse est-elle devenue facultative?»

L'objectif de l'utérus artificiel est double: il s'agirait d'une part d'en finir avec l'infertilité, mais aussi de mieux encadrer le développement des foetus. Les réflexions entourant ces développements ont à ce jour été surtout favorables. «La logique thérapeutique n'a pas de limites en soi», fait valoir l'auteure. Selon certaines féministes radicales, cela permettrait en prime de libérer les femmes du fardeau de l'enfantement, autorisant, enfin, une égalité de facto entre les sexes.

C'est dans un cours de maîtrise à l'Université de Montréal sur les technologies scientifiques (OGM, clonage, etc.) que la sociologue a appris l'existence des recherches, qui remontent aux années 50, entourant l'utérus artificiel. «J'ai voulu comprendre: pourquoi on voudrait se débarrasser du corps féminin?» D'où l'idée de consacrer son mémoire à cette question, dont la vulgarisation vient d'être publiée sous forme d'essai.

Le livre, fascinant et terrifiant à la fois, retrace toute l'histoire de l'«effacement» du corps de la femme dans la question de la procréation. Car si l'utérus artificiel semble sortir tout droit d'un film de science-fiction, il ne vient pas de nulle part. Il est le fruit d'une série de percées scientifiques, de la fécondation in vitro à la péridurale, en passant par les mères porteuses ou les grossesses tardives (des mères sexagénaires). On se rend compte, en bout de piste, que la science a de plus en plus pris le pas sur le corps de la femme. À preuve, souligne l'auteure, une femme peut aujourd'hui être la mère génétique de son neveu (par don d'ovules), une grand-mère peut porter son petit-fils, et un enfant peut avoir jusqu'à cinq parents différents (si les parents adoptifs ont recours, par exemple, à un donneur de sperme, une donneuse d'ovules, et une mère porteuse). Bref, la mère génétique est déjà loin d'être indispensable.

«L'ectogenèse, la genèse à l'extérieur du corps de la femme, existe déjà, résume la sociologue. Mais on ne la questionne pas beaucoup.»

Selon elle, la création d'un «utérus artificiel» incarnerait «l'apothéose du contrôle technologique de la science sur la procréation». D'où son invitation à une certaine réflexion sur la question. «En sachant qu'une telle machine aurait autant d'impacts sociaux, anthropologiques, politiques et juridiques, jusqu'où va-t-on aller?»

Entre autres questions, elle souligne: qui pourrait s'offrir un tel utérus, qu'adviendrait-il d'une génération d'individus qui n'aurait pas les mêmes «conditions d'entrée» que la majorité, jusqu'où irait-on dans le contrôle de la qualité du foetus? Et puis, surtout, quel avenir pour ces enfants dont les paramètres de l'existence auraient ainsi été contrôlés?

«Oui, l'utérus artificiel est plein de promesses, résume Sylvie Martin. Mais est-ce qu'au nom des bienfaits promis, on ne peut plus dire non à rien?»

Source:
http://www.cyberpresse.ca/vivre/famille/201111/24/01-4471072-quand-les-bebes-naitront-dune-machine.php

jeudi 24 novembre 2011

Le dentier décline son identité: Les Belges mettent une puce dans la dent

Ce système relève de la technologie RFID (terme venant de l'anglais «radio frequency identification»). François Clerc insère dans la prothèse un petit tube qui comprend une antenne en cuivre associée à une puce en silicium servant de mémoire. Dans cette puce, on inscrit les informations nécessaires à l'identification de la prothèse, comme le nom, prénom et date de naissance de son propriétaire. Ensuite, grâce à un lecteur, on peut, à quelques centimètres de distance, lire ces données essentielles. «Plus l'antenne est petite, plus la distance de lecture est réduite, précise François Clerc. Dans ce cas précis, il faut vraiment que le lecteur frôle la prothèse dentaire pour qu'on puisse lire les informations. Pas de danger que la puce soit lue par n'importe qui, n'importe où."

Les Belges mettent une puce dans la dent

Les recherches du François Clerc ont résonné jusqu'en Belgique. A L'Université catholique de Louvain (la version flamande, pas wallonne), Patrick Thevissen, médecin dentiste, s'est inspiré du travail sur les prothèses pour franchir un pas supplémentaire. Partant du principe que les dents sont l'organe du corps humain le plus résistant, il a cherché à implanter une puce RFID dans une dent. Cette puce peut contenir, comme pour les dentier, une sorte de fiche d'identité de la personne.

Le plus difficile a été de réduire la taille de l'étiquette RFID. Utilisée par les vétérinaires pour les placer sous la peau des chiens ou des chats, elle est trop grande pour entrer dans une molaire. Patrick Thevissen a donc dû patiemment enlever des couches de protection pas nécessaires pour l'usage dentaire. La suite n'est plus très compliquée: l'implantation de la puce dans la dent s'apparente à une simple opération de plombage.

Les dents, l'organe le plus résistant

Lors d'incendies, de catastrophes naturelles ou d'accidents d'avion, les corps retrouvés sont souvent méconnaissables. Lors du Tsunami qui a ravagé l'Asie fin 2004, la majeure partie des victimes identifiées l'ont été grâce aux dents. La procédure est minutieuse : la police recherche les dossiers médicaux des personnes présumées mortes. Puis, si il existe des radiographies de leurs dents réalisées avant leur décès, on les compare sur le terrain aux radiographies post mortem. «Avec une puce dans les dents, explique le Professeur Willems, professeur à l'Université catholique de Louvain, le travail des médecins légistes lors de catastrophes serait nettement facilité. Cela leurs éviterait une tâche longue et difficile, et cela coûterait moins cher.»

A Lausanne, à L'Institut médico-légal, le Dr Michel Perrier reste sceptique. A la lumière de son expérience sur le terrain, il doute que cette application puisse un jour se généraliser: «Il me semble qu'il est beaucoup plus facile de falsifier une puce qu'une denture avec toutes les caractéristiques qu'elle possède. Sans compter la réticence des gens à se faire implanter une puce dans la bouche.»

Aujourd'hui, les puces RFID sont bientôt partout. Elles s'utilisent pour tracer les matières premières ou les produits finis, pour le suivi des bagages ou de stocks, ou en encore pour le marquage d'animaux domestiques. Certains vont même jusqu'à s'en implanter sous la peau, comme ces clients d'une discothèque de Barcelone. Aux Etats-Unis, on équipe également les patients atteints d'Alzeimer. Bref, la technologie RFID a de beaux jours devant soi. Reste à voir si Monsieur Tout le monde accepte de porter en bouche sa carte d'identité.

Source: Wikistrike

Des séismes de 6.1 et 6.2 au Japon

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/quakes_all.php

Medvedev: la Russie pourrait déployer ses missiles en réaction à la stratégie américaine en Europe

MOSCOU (AP) — Le président Dimitri Medvedev a déclaré mercredi que la Russie déploierait ses missiles vers les sites américains anti-missile en Europe, si Washington continuait à ignorer les demandes de Moscou sur son bouclier. La Maison Blanche a fait savoir que les Etats-Unis ne limiteront pas ou ne changeront pas leurs projets dans ce domaine malgré les nouvelles menaces de la Russie.

Dans un allocation télévisée, Dimitri Medvedev a prévenu que la Russie déploierait ses missiles dans la région la plus à l'ouest du pays, dans l'enclave de Kaliningrad, et dans d'autres régions, si la Russie et l'OTAN ne parvenaient pas à un accord sur le bouclier de défense anti-missile américain.

Il a également précisé que Moscou pourrait se désengager du nouveau traité START de non-prolifération nucléaire et des autres traités de contrôle de l'armement nucléaire si les Etats-Unis poursuivaient leur déploiement du bouclier anti-missile en Europe.

"Si nos partenaires s'attaquent à la question de prendre en compte nos intérêts légitimes en matière de sécurité d'une manière honnête et responsable, je suis sûr que nous pourrons parvenir à un accord", a déclaré M. Medvedev. "Mais s'ils nous offrent de 'coopérer', ou, pour parler franchement, travaillent contre nos intérêts, nous ne pourrons pas parvenir à un terrain commun", a-t-il ajouté.

Tommy Vietor, porte-parole de la Maison Blanche, a assuré que les Etats-Unis s'étaient montrés ouverts et transparents avec Moscou sur leurs plans en matière de défense anti-missile en Europe occidentale. Washington a dit à plusieurs reprises que ces plans étaient liés à la menace croissante représentée par l'Iran et ne seraient pas dirigés contre les forces nucléaires de Russie.

Selon Tommy Vietor, la mise en place du bouclier anti-missile se passe bien et Washington ne voit pas de base aux menaces visant à le retirer. La Russie veut des garanties contraignantes pour s'assurer que le bouclier ne sera pas utilisé contre elle.

A Bruxelles, le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen s'est dit "très déçu" suite à la menace russe des déployer des missiles vers les sites américains anti-missile en Europe, ajoutant que cela "serait la réminiscence du passé et (...) incohérent avec les relations stratégiques" entre l'OTAN et la Russie. "La coopération, et non la confrontation, c'est le chemin devant nous", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Source:

mercredi 23 novembre 2011

Un doigt d'honneur pour Barack!

Déclaration du président russe à propos du système de défense antimissile européen: la patience à ses limites!

Voici la traduction écrite du discours prononcé aujourd'hui.  Le ton se durcit à partir de 6:45...

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=eBf0I-rB0m0


0:01
Citizens of Russia, I address you today in connection with the situation concerning the NATO countries' missile defence system in Europe.
0:11
Russia's relations with the USA and NATO in the missile defence area have a long and complicated history.
0:23
I remember that when US President Barack Obama revised his predecessor's plans to build a missile defence system in Europe in September 2009, we welcomed this as a positive step.
0:39
This decision paved the way to our being able to conclude the important New START Treaty which was signed not too long ago
0:52
and which clearly states the intrinsic link between strategic offensive weapons and missile defence.
1:02
Let me state that again, this was a major achievement.
1:06
Subsequently, however, the USA began carrying out a new missile defence plan
1:11
that foresaw the creation of a missile defence system in stages.
1:15
This specifically raises concerns in Russia.
1:19
It would eventually see the deployment of US missiles and military capability in close proximity
1:29
to Russia's borders and in the neighbouring waters.
1:36
At the NATO-Russia Council summit in Lisbon a year ago,
1:41
I proposed developing a joint sector-based missile defence system in Europe
1:47
where every country would be responsible for a particular sector.
2:02
Furthermore, we were ready to discuss additional modifications to the system, taking into account our NATO partners' views.
2:12
Our only goal was to preserve the basic principle that Europe does not need new dividing lines,
2:20
but rather, a common security perimeter with Russia's equal and legally enshrined participation.
2:28
It is my conviction that this approach would create unique opportunities for Russia and NATO to build a genuine strategic partnership.
2:43
We are to replace the friction and confrontation in our relations with the principles of equality, indivisible security, mutual trust, and predictability.
2:56
Regrettably, the USA and other NATO partners have not showed enough willingness to move in this direction.
3:08
Rather than showing themselves willing to hear and understand our concerns over the European missile defence system at this stage,
3:19
they simply repeat that these plans are not directed against Russia and that there is no point for us to be concerned.
3:32
That is the position of the executive authorities, but legislators in some countries openly state, the whole system is against Russia.
3:41
But our requests that they set this out on paper in the form of clear legal obligations are firmly rejected.
3:54
We do hold a reasonable position. We are willing to discuss the status and content of these obligations,
4:01
but our colleagues should understand that these obligations must have substance and not be just empty words
4:11
They must be worded not as promises and reassurances, but as specific military-technical criteria that will enable Russia to judge
4:23
to what extent US and NATO action in the missile defence area correspond to their declarations and steps,
4:32
whether our interests are being impinged on, and to what extent the strategic nuclear balance is still intact.
4:38
This is the foundation of the present-day security.
4:41
We will not agree to take part in a programme that in a short while, in some 6 to 8 years' time could weaken our nuclear deterrent capability.
4:55
The European missile defence programme is already underway
5:01
and work on it is, regrettably, moving rapidly in Poland, Turkey, Romania, and Spain.
5:13
We find ourselves facing a fait accompli.
5:16
Of course we will continue the dialogue with the USA and NATO on this issue.
5:23
I agreed on this with US President Barack Obama when we met recently,
5:30
and on that occasion again stated our concerns very clearly.
5:38
There is still time to reach an understanding.
5:44
Russia has the political will to reach the agreements needed in this area,
5:50
agreements that would open a new chapter in our relations with the USA and NATO.
6:01
If our partners show an honest and responsible attitude towards taking into account Russia's legitimate security interests,
6:11
I am sure we can come to an agreement.
6:14
But if we are asked to 'cooperate' or in fact act against our own interests
6:24
it will be difficult to establish common ground.
6:30
In such a case we would be forced to take a different response.
6:34
We will decide our actions in accordance with the actual developments in events
6:40
at each stage of the missile defence programme's implementation.
6:45
In this connection, I have made the following decisions:
6:51
First, I am instructing the Defence Ministry to immediately put the missile attack early warning radar station in Kaliningrad on combat alert.
7:06
Second, protective cover of Russia's strategic nuclear weapons
7:13
will be reinforced as a priority measure under the programme to develop our air and space defences.
7:19
Third, the new strategic ballistic missiles commissioned by the Strategic Missile Forces and the Navy
7:32
will be equipped with advanced missile defence penetration systems and new highly-effective warheads.
7:41
Fourth, I have instructed the Armed Forces to draw up measures for disabling missile defence system data and guidance systems if need be
7:56
These measures will be adequate, effective, and low-cost.
8:05
Fifth, if the above measures prove insufficient,
8:12
the Russian Federation will deploy modern offensive weapon systems in the west and south of the country,
8:17
ensuring our ability to take out any part of the US missile defence system in Europe.
8:24
One step in this process will be to deploy Iskander missiles in Kaliningrad Region.
8:32
Other measures to counter the European missile defence system will be drawn up and implemented as necessary.
8:43
Furthermore, If the situation continues to develop not to Russia's favour,
8:49
we reserve the right to discontinue further disarmament
8:56
and arms control measures.
8:59
Besides, given the intrinsic link between strategic offensive and defensive arms,
9:09
conditions for our withdrawal from the New START Treaty could also arise,
9:16
and this option is enshrined in the treaty.
9:20
But let me stress the point
9:25
that we are not closing the door on continued dialogue with the USA and NATO on missile defence
9:35
and on practical cooperation in this area.
9:39
We are ready for that.
9:40
However, this can be achieved only through establishing a clear legal base for cooperation
9:50
that would guarantee that our legitimate interests and concerns are taken into account.
9:57
We are open to a dialogue
10:00
and we hope for a reasonable and constructive approach from our Western partners.

Des produits anesthésiques pour calmer les foules: traitement pharmacologique pour tous!

Le programme secret

Il y a environ un mois, en s’appuyant sur la loi sur la liberté d’expression, le groupe pacifiste Sunshine Project a réussi à mettre les mains sur la documentation du groupe mixte du Pentagone concernant les armes non létales (Joint Non-Lethal Weapons Directorate – JNLWD) qui démontre l’existence d’un programme de recherche déjà très avancé sur les agents chimiques toxiques, y compris les anesthésiques et les substances psycho-actives.

Le projet, en flagrante violation de la Convention sur les armes chimiques, ne s’est pas uniquement focalisé sur la production d’agents hautement léthaux comme le VX ou le Sarin mais, au contraire, il se concentrait et se concentre sur la recherche de substances à utiliser « contre les civiles potentiellement hostiles dans les opérations antiterroristes » comme l’explique le rapport.

En utilisant les déclarations de l’actuel directeur de recherche du JNLDW on peut lire : « nous avons besoin de quelque chose qu’aille au-delà des gaz lacrymogènes, nous avons besoin d’agents calmants ou anesthésiques, quelque chose qui fasse endormir les gens ou qui les mette de bonne humeur ».

En effet, parmi les principaux projets de recherche menés par le JNLDW il y a des médicaments « calmants » ainsi que des agents convulsifs (c’est-à-dire qui provoquent des crampes et des convulsions paralysantes) et des substances hallucinogènes. Le Pentagone est en train d’étudier aussi bien les drogues que des nouvelles méthodes pour les administrer en prenant en compte l’objectif spécifique de leur utilisation : la non-collaboration du « patient ».

Voilà donc que des mortiers particuliers de 81 millimètres définis « non léthaux » sont en voie de construction, mortiers qui peuvent couvrir un rayon de deux kilomètres et demi ou bien des bombes lacrymogènes à large vaporisation. Les photos des tests des nouveaux mortiers, des aérosols et des autres diableries publiées dans le rapport du JNLDW, sont visibles sur le site web du Sunshine Project.

Bombarder les esprits

Le rapport JNLDW s’intitule « Avantages et limites de l’utilisation des calmants comme technique non léthale ». Il illustre dans les moindres détails les buts et l’état d’avancement d’un programme de recherche sur les armes psycho-pharmacologiques qui sont en harmonie avec les plus modernes innovations de la recherche pharmaceutique.

Certaines nouvelles substances, selon les affirmations des Américains eux-mêmes, ont déjà été utilisées par les Etats-Unis dans la guerre contre « le terrorisme », en particulier sur les prisonniers de Guantanamo, évidemment sans leur consentement.

Du reste l’ex-commandant du JNLDW, Andy Mazzara, aujourd’hui directeur du groupe de chercheurs qui travaillent au Applied Research Laboratory de l’Université de l’Etat de la Pennsylvanie, auteurs du rapport, a clairement déclaré d’avoir assigné un de ses consultants scientifiques auprès de la Marine états-unienne. Il y travaille comme assistant de « la guerre au terrorisme. »

L’Applied Research Laboratory est en train d’expérimenter pour le Pentagone une gamme très large de médicaments, depuis les anesthésiques aux « club drugs », les soi-disant drogues de disco. Selon le rapport « le choix de la méthode d’administration, soit par le biais de l’eau potable, soit à travers l’épiderme, soit par des gaz ou des projectiles spécifiques, dépendra de l’environnement dans lequel l’on se trouve à opérer ». Cet environnement pourrait être, toujours selon le rapport, « une foule de réfugiés qui seraient en train de s’emporter pendant la distribution de la nourriture », ou bien » une population en révolte » ou encore « une situation avec prise d ’otages ».
dans différents passages, comme le soulignent les pacifistes, tend, de manière évidente, à définir l’opposition comme un désordre psychique à soigner pharmacologiquement.

Les médicaments définis comme « calmants » par les militaires, dans le langage médical sont appelés dépresseurs du système nerveux central. Dans cette catégorie rentrent les opiacés, comme la morphine, et les benzodiazépines, comme le Valium. Mais l’équipe du JNLDW est aussi très intéressée par les anti-dépressifs et par d’autres trouvailles de la pharmacologie moderne, comme par exemple certains neurotransmetteurs capables de provoquer des attaques de panique sur des personnes saines.

Cocktail et diableries

Les médicaments classés Fentanyl ont des effets identiques à l’héroïne, mais ils sont entre cent et cent cinquante fois plus puissants. Utilisées dans des doses massives, ils peuvent rapidement conduire à l’arrêt respiratoire et à la mort. Et c’est un des problèmes qui rend l’opiacé difficilement utilisable en tant qu’arme non léthale, outre à la difficulté de vaporisation – chose, justement, qui alimente les doutes internationaux par rapport aux déclarations des autorités russes.

Un autre problème est relatif à la rapidité d’action. Si le Fentanyl a besoin de 30 secondes pour faire effet lorsqu’il est injecté, il est facile de supposer que son action soit plus lente s’il est inhalé. Or, c’est le temps suffisant pour déclencher un détonateur (de la part d’un terroriste). Enfin, la position des corps (à Moscou), comme cela a été montré par les télévisions du monde entier, ne laisse pas voir des traces de convulsions et de raidissement musculaire qui devraient être parmi les caractéristiques de l’overdose de Fentanyl.

Mais revenons aux diableries psycho-pharmacologiques du Pentagone. Au mois de mars 2002, le groupe était en train d’expérimenter un cocktail de spray au poivre (Oc) à mélanger avec un agent calmant non identifié. Ce spray est parmi les agents chimiques les plus puissants à disposition des forces de police américaines. Il est fortement contesté par les groupes se battant pour la défense des droits civils, et cela en accord avec les associations de médecins des Etats-Unis.

Si au dangereux spray Oc est ajouté un calmant, par exemple le Valium ou d’autres produits plus efficients, les conséquences pourraient être encore plus toxiques. Mais les chercheurs militaires ne s’arrêtent pas là. Ils suggèrent d’ajouter à ce cocktail, un puissant anesthésique « pour chevaux » qui circule, sous forme de pastille, dans les discos et que de temps à autre tue des adolescents.

De ce qu’il semble, les chercheurs du projet JNLDW observent les discos et ils se donnent à fond dans l’expérimentation de nouvelles méthodes afin d’ administrer des agents convulsifs, et pour injecter le Gamma-hydroxybutrate ou GHB, mieux connu comme « extasy liquide« , et le rohypnol et cela avec des « pistolets » semblables à ceux avec lesquels on anesthésie les bêtes féroces.

Il faut souligner qu’il s’agit de substances toutes fichées par la DEA, l’ autorité états-unienne chargée de la surveillance du « commerce » des drogues, des stupéfiants ou des narcotiques. Ceux et celles qui le diffusent risque d ’être condamnés à la prison à vie.

Mais la boutique des horreurs ne s’arrête pas là. Dans l’inventaire il y a aussi le Precedex, un médicament largement utilisé comme sédatif dans les hôpitaux américains. Le Pentagone s’est aperçu que le Precedex augmente la sensibilité des patients aux chocs électriques. Les chercheurs suggèrent donc de sensibiliser les personnes par le biais du Precedex avant d’utiliser les « armes électromagnétiques » comme les bâtons électriques déjà testés pendant les émeutes de rue à Quebec City, et largement utilisés avec la petite délinquance. Vaporiser des médicaments qui induisent la nausée et le mal de tête sur une foule qui proteste constitue une autre méthode, selon les chercheurs, pour gérer à la perfection l’ordre public. De toute évidence, les Russes ont peu à apprendre.

U.S. Department of Defense Non-Lethal Weapons Program
http://jnlwp.defense.gov/

Sunshine project:
http://www.sunshine-project.org/



Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés