Suivez ce blog via Facebook

vendredi 1 juillet 2011

De nouveaux détails sur la situation "explosive" à la centrale nucléaire de Los Alamos

Un avion spécialisé survole la région de Los Alamos

Au Nouveau-Mexique, les autorités ont envoyé un avion équipé de détecteurs de radiation pour survoler la région de Los Alamos, dont le laboratoire nucléaire est menacé par un important incendie de forêt.

Il ne s'agirait toutefois que d'une mesure de précaution, assurent-elles.

Les résidents en aval de l'incendie de forêt appréhendent pour leur part un panache de fumée radioactive. Ils croient que la situation pourrait prendre une tournure dramatique si les flammes atteignent les barils de déchets radioactifs du laboratoire.

Ces barils contiennent du matériel comme des gants et des outils contaminés par du matériel radioactif. La direction du laboratoire refuse de préciser combien de barils se trouvent sur le site, mais des groupes antinucléaires estiment que jusqu'à 30 000 barils pourraient y être entreposés.

Kevin Roark, un porte-parole du laboratoire, affirme que les matériaux explosifs sont stockés dans des entrepôts souterrains aux parois de béton et d'acier.

La direction du laboratoire se dit convaincue que l'incendie n'atteindra pas les édifices importants, ni les aires où sont entreposés les déchets radioactifs.

Les autorités envisagent toutefois, en dernier recours, de vaporiser de la mousse synthétique sur les barils pour les protéger des flammes.

"Si ça se rend à ce point de la contamination, alors c'est foutu. Pas juste pour Los Alamos, mais aussi pour Santa Fe et pour nous tous qui résidons entre les deux villes."
— Mai Ting, une résidente de la région

Le laboratoire de Los Alamos, où a été conçue la première bombe atomique dans les années 1940, couvre une superficie de 110 km2.

L'incendie s'est déclaré dimanche, forçant l'évacuation des 12 000 résidents de Los Alamos.

Des citoyens des villes voisines songent maintenant eux aussi à quitter cette région du Nouveau-Mexique.

Selon le chef des pompiers du comté, Doug Tucker, le feu nourri par des vents de plus de 100 km/h pourrait doubler, voire tripler d'ampleur.

« Je sais que c'est le pire scénario qu'on peut envisager, mais s'il y a des fuites radioactives, sommes-nous prêts à évacuer 2000 personnes? », s'est demandé Chris Valvarde, un résident de Santa Clara Pueblo.

En 2000, un incendie avait détruit des centaines de maisons dans la région, entraînant des pertes d'un milliard de dollars. Bien qu'une centaine de bâtiments sur le site nucléaire aient été rasés par les flammes, les dépôts nucléaires n'avaient pas été touchés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés