Suivez ce blog via Facebook

mercredi 28 juin 2017

Assad préparerait une attaque chimique, Washington menace de riposter (c'est ça exactement ça les "fake news"!)

* Article du très populaire média britannique Daily Mail, daté du 29 janvier 2013
qui a été supprimé dans les jours qui ont suivis.

"Plan soutenu par les États-Unis afin de lancer une attaque chimique 
en Syrie pour ensuite accuser Assad"



Le régime syrien de Bachar al-Assad préparerait une nouvelle attaque chimique, ont annoncé lundi soir les États-Unis, qui se sont dits prêts à riposter comme ils l'avaient fait après une attaque similaire début avril, dans un contexte de tensions grandissantes entre les deux pays.

«Les États-Unis ont identifié de potentiels préparatifs d'une autre attaque chimique par le régime syrien d'Assad qui pourrait provoquer le massacre de civils, y compris des enfants innocents», a écrit le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer dans un communiqué.

Ces activités «sont similaires aux préparatifs du régime avant son attaque à l'arme chimique du 4 avril», a noté le représentant de l'exécutif américain.

Cette attaque avait provoqué une riposte militaire des États-Unis, qui avaient tiré 59 missiles contre une base aérienne en Syrie, marquant la première intervention armée de Washington contre le régime de Damas.

Si le président syrien lançait une autre attaque à l'arme chimique «lui et son armée paieraient le prix fort», a prévenu Sean Spicer.

L'attaque chimique présumée du 4 avril à Khan Cheikhoun, dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest) avait fait 88 morts, dont 31 enfants, provoquant l'indignation de nombreuses capitales qui mettent en cause le régime de Bachar al-Assad.

Ce raid était, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la deuxième «attaque chimique» la plus meurtrière depuis le début du conflit en 2011 après celle au gaz sarin qui avait fait plus de 1400 morts dans la banlieue de Damas en 2013.

Damas et Moscou réfutent les accusations occidentales.

Le président américain Donald Trump avait fait part de son émotion après l'attaque du 4 avril notamment en raison du nombre élevé d'enfants tués.

Les États-Unis avaient riposté dans la nuit du 6 au 7 avril, en tirant 59 missiles de croisière Tomahawk depuis deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne d'Al-Chaayrate, près de Homs (centre).

Sean Spicer a tenu a rappeler dans son communiqué lundi que l'objectif des États-Unis en Syrie est uniquement de lutter contre le groupe État islamique et pas de lancer une guerre contre le régime d'Assad.

Les États-Unis sont officiellement présents en Syrie pour conseiller et pour armer les Forces démocratiques syriennes (FDS) qui luttent contre le groupe EI.

Mais cette mise en garde a lieu dans un contexte de poussée de fièvre entre le régime syrien et les forces soutenues par les États-Unis dans le pays, qui fait planer le spectre d'une confrontation militaire avec le régime de Damas.

Les États-Unis ont ainsi abattu le 18 juin un avion syrien dans l'est de la Syrie, expliquant que l'appareil menaçait des FDS alliées de la coalition.

Et à trois reprises au moins depuis le début mai dans la région d'Al-Tanaf, près de la frontière avec l'Irak et la Jordanie, les forces américaines ont bombardé des forces pro-régime qui menaçaient des soldats de la coalition.

Ces tensions ont par ricochet détérioré les relations avec la Russie, alliée du régime syrien, qui avait dénoncé comme un «acte d'agression» la destruction de l'avion syrien, reprochant à Washington de ne pas l'avoir prévenue.

Source:

mardi 27 juin 2017

Canada: Une sixième baleine mystérieusement morte dans le golfe du Saint-Laurent


Six carcasses de baleines noires de l'Atlantique Nord ont été trouvées jusqu'à présent en juin dans le golfe du Saint-Laurent, ce qui équivaut à plus de 1 % de la population de cette espèce menacée.

Les carcasses ont toutes été trouvées dans une zone entre l’île Miscou du Nouveau-Brunswick, les Île-de-la-Madeleine et la pointe nord de l’Île-du-Prince-Édouard.

Selon Tonya Wimmer, biologiste marine de l’organisme Marine Animal Response Society, c’est un événement presque sans précédent. Il n’y a pas eu d’incident auparavant impliquant un si grand nombre de baleines mortes en seulement quelques semaines, dit-elle.

L’espèce est aussi connue sous le nom de baleine franche de l’Atlantique Nord. Le ministère des Pêches et des Océans estime qu’il ne reste qu’environ 500 individus dans le monde.

La mort d’un seul de ces mammifères marins est une grande perte étant donné leur faible nombre, souligne Mme Wimmer.

Au moins deux baleines noires trouvées mortes récemment sont des femelles, ce qui est encore plus dévastateur pour l’espèce, car les femelles peuvent donner naissance de 5 à 10 fois durant leur vie, précise Tonya Wimmer.

Des morts mystérieuses

Il n’y a aucun signe visible sur les baleines en question qui permet d’expliquer de quoi elles sont mortes, ajoute Tonya Wimmer.

Le ministère essaie d’éclaircir les causes de la mort des baleines. Cathy Merriman, biologiste au ministère spécialiste des espèces menacées, affirme qu’on ne peut tirer aucune conclusion avant de faire une nécropsie.

Il faudrait donc remorquer l’une des carcasses jusqu’à la côte pour la dépecer. Les conditions ne se prêtaient pas à une telle opération jusqu’à présent.

En remorquant une carcasse, ajoute Marc LeCouffe, directeur des ressources au MPO, on court le risque qu’elle se désintègre et coule en cours de route.

Le ministère demande à toute personne qui apercevrait une baleine morte, blessée ou empêtrée dans de l’équipement de pêche de communiquer avec la Marine Animal Response Society au 1-866-567-6277.

Source:

lundi 26 juin 2017

ARGUS-IS : Une caméra qui peut filmer en détail jusqu'à 6 kilomètres de hauteur

* Cet article date de 2013... 

La DARPA, l'agence de recherche de la Défense américaine, a présenté l'ARGUS-IS, une caméra de 1,8 gigapixels pour drone qui permet de filmer avec précision jusqu'à 6.000 mètres de distance. Big Brother vous regarde… du ciel. 

Après les caméras de surveillance et les satellites, voici l'ARGUS-IS : un appareil qui dispose de l'une des résolutions les plus hautes du monde, mis au point par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) pour l'armée américaine. C'est la DARPA elle-même, qui a dévoilé les détails de son projet, lancé en 2007, dans une vidéo diffusée sur la chaîne TV PBS. L'ARGUS-IS (pour Autonomous Real-Time Ground Ubiquitous Surveillance Imaging System) est un module d'observation, qui, grâce à sa caméra de 1,8 gigapixels, permet de filmer avec précision le déplacement d'objets de plus de 15 centimètres depuis une distance de 6 kilomètres d'altitude. Monté sur un drone, piloté à distance ou automatique, l'ARGUS-IS peut couvrir une zone de 25 kilomètres carrés.

Pour mieux visualiser, le site américain ExtremeTech donne en exemple la ville de Manhattan, dont la surface entière pourrait être surveillée par deux drones dotés de la caméra ARGUS-IS. Celle-ci composée de 368 capteurs de 5 mégapixels, visant à travers un réseau de télescopes. Ces capteurs sont en réalité semblables à ceux utilisés dans les smartphones. Grâce à ce système, l'ARGUS-IS peut relever 600 Go de données par seconde, soit jusqu'à 5.000 heures de vidéos par jour (1 million de To). Persistics, un logiciel d'analyse pour traiter les données Le réel défi du projet est le stockage de ses données. Bien qu'une partie soit directement gérée à bord du drone, l'intégralité des informations ne peut techniquement pas transiter vers un poste terrestre. Ainsi, la DARPA a fait appel au Lawrence Livermore National Laboratory pour développer Persistics, un logiciel d'analyse permettant de cibler des éléments et d'en suivre la trace. Dans cette vidéo diffusée par la DARPA, un ingénieur effectue une démonstration du logiciel Persistics sur un ordinateur à écran tactile. Comme on peut le voir, il est possible de suivre avec précision 65 cibles dans 65 fenêtres différentes. 

Selon le site ExtremeTech, le but initial du projet ARGUS était de le déployer en Afghanistan, mais avec la fin de la guerre qui se dessine, son futur est incertain. La caméra 1,8 gigapixels devait être installée sur l'hélicoptère A160 Hummingbird de Boeing, mais l'armée a finalement annulé ce projet. Il est donc plus probable  de voir l'ARGUS-IS attaché à un drone Predator. Dans la mythologie grecque, Argos fait référence au gardien d'Io, un géant doté de mille yeux.

Source:
http://www.maxisciences.com/cam%E9ra/argus-is-une-camera-qui-peut-filmer-en-detail-jusqu-039-a-6-kilometres-de-hauteur_art28477.html

120 degrés Fahrenheit (50 Celsius) en Arizona: ça fond!






http://strangesounds.org/2017/06/arizona-heat-wave-everything-is-melting-down-pictures.html

Opération Popeye: une opération militaire menée par l'armée américaine au moyen d'arme climatologique durant la guerre du Viêt Nam

* C'est la première fois que je vois cette appellation pour les manipulations du climat lors de la guerre du Viêt Nam.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Popeye


La ville de San Jose (côte ouest américaine) commencera des pourparlers avec une société de technologie pour installer des appareils qui pourraient inclure des caméras de surveillance sur certains lampadaires de la ville et ce, malgré les préoccupations de certains fonctionnaires et groupes de protection de la vie privée

* Des lumières de rue utilisées pour faire de la surveillance civile: George Orwell n'y avait même pas pensé!

L'American Civil Liberties du Michigan expose l'utilisation de caméras de surveillance de la police dans les quartiers résidentiels

Le Département de Police de New York (NYPD) annonce son système "qui voit tout"

Le conseil de la ville a voté 7 contre 4 pour permettre à une ou des sociétés de technologie d'installer des dispositifs, sur 300 à 1000 lampadaires, qui permettront de faire de l'enregistrement audio et vidéo. Les dispositifs WiFi, des contrôleurs intelligents, pourront réduire les lumières, activer ou désactiver les caméras et les capteurs audio.

Traduction partielle de l'article trouvé sur:

Le gouvernement japonais a créé une publicité sur la télévision nationale qui conseille les civils sur la façon de se protéger en cas d'attaque de missiles nord-coréen

La nouvelle annonce du gouvernement de 30 secondes offre des conseils pratiques sur les moyens les plus efficaces de chercher une protection si un missile est tiré en direction du Japon en provenance de la Corée du Nord.

Il recommande que les résidents cherchent un abri dans des bâtiments solides ou souterrains, qu'ils se cachent derrière des objets et restent loin des fenêtres tout en protégeant leurs têtes.

Il confirme également qu'en cas d'attaque antimissile, le système d'alerte public J-Alert du gouvernement informera les membres du public par des locuteurs à travers le pays.

L'annonce est diffusée par 43 stations de télévision à travers le pays entre maintenant et début juillet, alors que des instructions écrites sont également publiées dans 70 journaux japonais, selon Kyodo News.

La décision du gouvernement de publier l'annonce de sécurité via les médias arrive au moment où les tensions augmentent constamment dans la région alors que la Corée du Nord à violé à plusieurs reprises les sanctions internationales avec des tests de missiles de plus en plus fréquents.

On pense que les tests font partie du programme du régime visant à développer un missile balistique intercontinental, sa technologie étant déjà suffisamment avancée pour atteindre la Corée du Sud et le Japon, tous deux à la base des bases militaires américaines.

Source:

jeudi 22 juin 2017

La Terre bientôt frôlée par un astéroïde de 300 mètres?

*ASTÉROÏDES : UN ASTROPHYSICIEN TIRE LA SONNETTE D’ALARME

Obama a signé un décret présidentiel (ordre exécutif) en date du 13 octobre 2016 concernant la "préparation de la nation" face à des phénomènes météorologiques extrêmes provenant de l'espace

Ce décret décrit les conséquences catastrophiques potentielles de la météo spatiale, comme les éruptions solaires et les tempêtes électromagnétiques qui peuvent avoir des effets désastreux sur les infrastructures essentielles. Il énumère une série de mesures qui doivent être prises par différentes agences pour observer ces menaces, pour les prévenir et pour intervenir en cas de défaillance du réseau électrique, des communications et de tous les systèmes qui, en cascade, pourraient être endommagés.

Un astéroïde de 300 mètres devrait bientôt passer près de notre planète, selon des chercheurs russes de l'Oural.

Le 24 juin, un astéroïde de la catégorie des potentiellement dangereux passera près de notre planète, ont annoncé des astrophysiciens de l'Oural.

«L'astéroïde se rapprochera dangereusement de la Terre, à 7h38 heure de Moscou (5h38 UTC)», ont déclaré les chercheurs de l'université de l'Oural.

Les experts ont établi que l'astéroïde de 300 mètres de diamètre passera à une distance de 3,036 millions de kilomètres à une vitesse de 45.648 km/h.

Le corps céleste a été découvert le 10 juillet 2010 grâce au télescope spatial infrarouge WISE mis en orbite par la NASA le 14 décembre 2009.

Les dimensions de l'astéroïde sont considérablement supérieures à celles de la météorite de Tcheliabinsk.

La météorite de Tcheliabinsk s'est désintégrée le 15 février 2013 au-dessus de l'Oural méridional et du nord du Kazakhstan. La masse initiale de la météorite était de 10.000 tonnes pour une taille de 17 mètres. Son explosion, qui s'est produite entre 30 et 50 km d'altitude, a fait plus de 1.500 blessés et a produit des dégâts dans les régions russes de Tioumen, de Kourgan, d'Ekaterinbourg et de Tcheliabinsk. Les ondes de choc dégagées par la chute de la météorite ont fait deux fois le tour de la Terre. Selon certaines sources, la puissance de l'explosion a atteint 460 kilotonnes d'équivalent TNT.

Source:

Un 6.8 au Guatemala

https://earthquake.usgs.gov/earthquakes/

dimanche 18 juin 2017

La coalition anti-Daech ferait usage de bombes au phosphore blanc à Raqqa et à Mossoul pour reconquérir ces deux villes aux mains de l'EI. De quoi s'agit-il?

* Je m'abstiens de publier des photos, elles sont horribles à regarder. Tapez "attaque phosphore blanc" et vous constaterez qu'il s'agit de brûlures plus que majeures!

Des vidéos montrant de tirs de munition au phosphore blanc ont été mises en ligne par les activistes de "Raqqa Is Being Slaughtered Silently (RBSS) " (Raqqa se fait massacrer en silence"), mais également par l'Aamaq, l'agence de presse de l'organisation Etat islamique (EI). Elles feraient partie de la panoplie d'armes employées pour déloger l'EI de Raqqa, son fief du nord-est de la Syrie. 

Qu'est le phosphore blanc, que la coalition anti-Daech est accusée d'utiliser? (,,,)

Le phosphore blanc est employé par les militaires à trois fins: les tirs d'altitude pour illuminer un champ de bataille nocturne grâce aux flammes éclairantes produites au contact de l'air. À plus basse altitude, il s'agit d'une arme incendiaire. Elle peut aussi être utilisée pour masquer les opérations de l'attaquant en raison de l'épaisse fumée qu'elle dégage.  

Mais son usage est très controversé car le produit "s'enflamme au contact de l'oxygène, et continue de brûler à une température pouvant atteindre 816 degrés", explique un rapport de Human Rights Watch (HRW). "Cette substance brûle jusqu'à ce qu'elle disparaisse en provoquant des brûlures du second ou du troisième degré (qui peuvent atteindre les os) sur toutes les parties exposées des personnes touchées par les particules", complète une synthèse du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP) en 2009.  

Le danger est par ailleurs persistant, les munitions laissant des résidus peuvent s'éteindre provisoirement puis se rallumer spontanément s'ils sont remis en contact avec l'air. "À Gaza, précise HRW, nous avons vu des gens mourir de façon tragique, car les médecins ne savaient pas que leurs brûlures avaient été causées par du phosphore blanc et n'ont donc pas pu leur apporter des soins adaptés."  

Les bombes au phosphore blanc ne sont pas considérées comme des armes chimiques, mais comme des armes incendiaires, à l'instar des bombes au napalm. Elles ne relèvent donc pas de la Convention sur les armes chimiques (CWC) mais en théorie du Protocole III de la Convention sur les armes classiques (CCWC), qui réglemente les armes incendiaires, signé par 114 pays dont les Etats européens, les Etats-Unis et la Russie. Il interdit l'utilisation d'armes incendiaires contre la population civile ainsi que le largage d'armes incendiaires contre des objectifs militaires situés à l'intérieur d'une concentration de civils. "La France et la Belgique, par exemple, n'utilisent plus de phosphore blanc", souligne Joseph Henrotin. 

Il existe toutefois une ambiguïté quant à l'usage du phosphore blanc: le protocole III ne considère pas comme incendiaires les armes ayant "des effets incendiaires fortuits", telles les munitions éclairantes et les fumigènes. Pour certains pays, cela serait le cas du phosphore blanc, ce que conteste le GRIP: "bien que les armes au phosphore blanc soient souvent utilisées pour l'illumination et l'écran de fumée qu'elles provoquent, insiste-t-il, on ne peut "prétendre dans leur cas que l'effet incendiaire est fortuit". 

Traduction partielle de l'article trouvé sur:
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/qu-est-le-phosphore-blanc-que-la-coalition-anti-daech-est-accusee-d-utiliser_1917060.html

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés