Suivez ce blog via Facebook

lundi 20 février 2017

Plus récentes données publiées par le Départment of Water Resources de la Californie concernant le barrage d'Oroville

* Rivers in the sky causing widespread chaos in California http://www.usatoday.com/story/weather/2017/02/20/atmospheric-rivers-california-storms-floods/98154504/

À 18h, le 20 février, le niveau de l'eau était à 849.38 pieds au-dessus du niveau de la mer. Le débit sortant était de 60 447 pieds cubes par minute et le débit entrant était de 88 814 pieds cubes par minute. Le niveau maximum pour le barrage d'Oroville est de 900 pieds au-dessus du niveau de la mer.


Une vingtaine de migrants passent la frontière canado-américaine dans la seule nuit de samedi à dimanche

Une vingtaine de migrants, fuyant les Etats-Unis, ont franchi clandestinement pendant le weekend la frontière canadienne dans la province du Manitoba (centre), pour demander l'asile au Canada, a indiqué dimanche un responsable local.

Au moins 22 personnes, pour la plupart d'origine africaine, ont franchi la frontière à pied, dans la nuit de samedi à dimanche, a précisé Greg Janzen responsable de la municipalité d'Emerson, joint au téléphone par l'AFP.

Plusieurs dizaines de demandeurs d'asile ont passé la frontière canadienne près de la localité d'Emerson - à 120 km au sud de Winnipeg - depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump et la signature du décret visant à interdire temporairement l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays à majorité musulmane et de tous les réfugiés.

En vertu d'un accord canado-américain, les demandeurs d'asile venant des Etats-Unis sont généralement refoulés aux postes-frontières du Canada. Mais cela ne s'applique pas à ceux franchissant illégalement la frontière en d'autres points.

Les 22 migrants ont été pris en charge par la police et les services de l'immigration pour effectuer leurs demandes d'asile au Canada, a indiqué M. Janzen.

Il a précisé que huit autres demandeurs d'asile étaient arrivés vendredi, soulignant que les arrivées étaient plus nombreuses le weekend. Les migrants ayant passé la frontière début février avaient dû affronter des conditions difficiles avec des températures polaires: deux d'entre eux ont eu les mains gelées et ont dû être amputés de plusieurs doigts. Mais les températures étaient beaucoup plus clémentes ce weekend.

Les arrivées de migrants, pour la plupart en situation irrégulière aux Etats-Unis, sont en nette augmentation au Manitoba. 99 personnes ont passé la frontière depuis le début de l'année pour demander l'asile, selon les autorités locales. La tendance inquiète les responsables municipaux d'Emerson qui ont appelé les autorités fédérales et provinciales à augmenter les ressources sur place pour faire face à la situation.

Source:

dimanche 19 février 2017

Barrage d'Oroville en direct par USA Today

* La vidéo ne peut pas être "en direct" puisqu'il fait noir à Sacramento en ce moment. Ces images ont donc été prises plus tôt par le USA Today, ou bien, plus tôt cette semaine! 

Les autorités, via les médias, disent que l'état du débordement est "sous contrôle", mais des journalistes indépendants sur place écrivent sur des blogs pour dire que l'état de la situation est pire que ce qui est annoncé.

https://www.youtube.com/watch?v=x5d32LNMa_U&app=desktop

Les autorités viennent de mettre en garde les citoyens qui résident tout près du barrage d'Oroville de se tenir prêts à évacuer une nouvelle fois

La situation était relativement sous contrôle au cours des derniers jours, les gens ont pu réintégrer leur demeure. Aujourd'hui, les autorités ont invité la population à considérer une autre évacuation car les pluies de prochaines heures et prochains jours pourraient augmenter de façon significative le niveau de l'eau.

Source:

Les statistiques montrent clairement qu'en trois ans, le nombre de personnes franchissant la frontière américaine sans passer par les douanes a été multiplié par quatre et ce, seulement au Québec

http://www.rfi.fr/ameriques/20170217-pourquoi-refugies-fuient-etats-unis-direction-canada-trump

Bill Gates annonce que le monde doit se préparer à une pandémie globale

* Bill Gates annonce aux gouvernements qu'ils doivent investir des sommes astronomiques dans la production de vaccins et que les actionnaires de l'industrie pharmaceutique vont faire beaucoup d'argent! Qu'est-ce qu'il sait que l'on ne sait pas?

La communauté internationale doit réaliser qu'elle doit au plus vite se préparer à une pandémie mondiale, a jugé vendredi Bill Gates, fondateur de Microsoft devenu mécène, devant la Conférence de sécurité de Munich.

Prenant l'exemple de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014-2015, de la grippe espagnole de 1918 ou évoquant l'invention possible d'un virus à des fins «terroristes», M. Gates a jugé «probable» une catastrophe à l'échelle du globe.

«Qu'il apparaisse dans la nature ou dans les mains d'un terroriste, les épidémiologistes disent qu'un pathogène transmis dans l'air et se propageant rapidement peut tuer 30 millions de personnes en moins d'un an», a expliqué M. Gates lors de cette réunion annuelle des responsables de la diplomatie mondiale.

«Et c'est assez probable que le monde va vivre une telle épidémie dans les 10 à 15 ans à venir», a-t-il ajouté, «c'est pourquoi, nous nous mettons en danger en ignorant le lien entre sécurité sanitaire et sécurité internationalisation».

Bill Gates a donc appelé les États à investir dans la recherche pour développer des technologies capables de créer des vaccins en quelques mois.

Enfin, le fondateur de Microsoft a appelé la communauté internationale à se préparer à une pandémie avec le même sérieux qu'elle se préparait à une attaque nucléaire durant la Guerre froide.

«Le coût global de la préparation à une pandémie est estimé à 3,4 milliards de dollars par an. La perte annuelle qu'une pandémie provoquerait pourrait atteindre 570 milliards», a-t-il affirmé.

Source:

Les prévisions pour Sacramento, là où se trouve le barrage d'Oroville, sont de 100% et 80% de précipitations au cours de 2 prochains jours

http://forecast.weather.gov/MapClick.php?lon=-121.14720588378896&lat=39.60170541807665#.WKnUX2_hC02

samedi 18 février 2017

La Russie prône un nouvel ordre mondial devant le vice-président américain (VIDÉO)

La Russie a prôné samedi à Munich un ordre mondial "post-occidental", au moment même où les Etats-Unis réaffirmaient leur alliance à une Europe déstabilisée par l’arrivée de Donald Trump.

S'exprimant à la Conférence pour la sécurité de Munich qui réunit un parterre de dirigeants étrangers dont le vice-président américain Mike Pence, M. Lavrov a annoncé la fin de "l'ordre mondial libéral" conçu selon lui par "une élite d'Etats" occidentaux à visées dominatrices.

"Les dirigeants responsables doivent faire un choix. J'espère que ce choix sera celui d'un ordre mondial démocratique et juste. Si vous voulez, appelez le +post-west+", a ajouté l'homme de confiance de Vladimir Poutine, qualifiant au passage l'Otan de "vestige de la Guerre Froide".

Son discours intervenait quelques heures après la première allocution internationale du vice-président américain Mike Pence, qui a, lui, réaffirmé la validité de l'alliance transatlantique.

Dans le climat d'incertitude qui entoure l'ordre international et particulièrement l'avenir des relations russo-américaines sous Donald Trump, M. Lavrov a proposé à Washington des "relations pragmatiques de respect mutuel".

"Le potentiel de coopération dans les domaines politique, économique, humanitaire est énorme, mais il doit encore être réalisé, nous y sommes ouverts dans la mesure où les Etats-Unis le sont", a-t-il ajouté.

Dans son discours samedi matin, le vice-président américain a pour sa part évoqué très brièvement la relation russo-américaine, avant tout pour rassurer les Européens.

"Sachez que les Etats-Unis continueront de demander des comptes à la Russie, même si nous cherchons des terrains d'entente. Comme vous le savez le président Trump pense que c’est possible", a-t-il dit.

'Partager le fardeau'

Donald Trump avait déstabilisé ses partenaires en souhaitant bruyamment un rapprochement avec Vladimir Poutine.

En visite en Europe cette semaine, son secrétaire d'Etat et le chef du Pentagone ont tempéré ces velléités, au risque d'impatienter Moscou et d'accroître le flou sur les intentions réelles de Washington.

Calme et posé, M. Pence a ainsi réaffirmé que les Etats-Unis seraient toujours "le plus grand allié" des Européens, et assuré de l'engagement inébranlable des Etats-Unis dans l'Otan.

Mais il a aussi fermement réitéré les exigences américaines d'un engagement financier plus important de ses partenaires, censés consacrer 2% de leur PIB aux dépenses militaires.

"La promesse de partager le fardeau n'a pas été remplie depuis bien trop longtemps", y compris "par nos plus grands alliés", a-t-il dit, visant implicitement l'Allemagne et la France.

"Le président Trump attend de ses alliés qu'ils tiennent leur parole. Le temps est venu de faire plus", a-t-il martelé.

Poliment, des ministres européens ont rétorqué que l'Europe contribuait aussi à la stabilité du monde par l'aide au développement.

En outre "quel intérêt d'atteindre les 2% quand on ne peut pas payer les retraites", s'est interrogé le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, citant l'exemple emblématique de la Grèce.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a lui regretté sur Twitter que M. Pence n'ait pas dit "un mot sur l'UE", un sujet sur lequel il était attendu, M. Trump ayant par le passé loué le Brexit et semblé souhaiter un éclatement de l'Union européenne.

Ukraine et hackers

En ouvrant la journée samedi, la chancelière allemande Angela Merkel a pour sa part lancé un appel au multilatéralisme pour faire face à des défis immenses comme le jihadisme ou la crise migratoire.

Si elle a tendu la main à la Russie dans la lutte contre le terrorisme, elle a de nouveau plaidé la "fermeté" sur l'Ukraine, dossier qui empoisonne les relations entre l'Occident et Moscou.

La chef de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini a répété que les sanctions imposées à la Russie seraient levées lorsque les accords de paix de Minsk seraient appliqués.

Répliquant à "sa bonne amie" Mogherini, Sergueï Lavrov a martelé la position russe selon laquelle Kiev était le principal responsable de la non application des accords.

Enfin, interrogé sur les accusations de piratage de la Russie dans la campagne électorale pour la présidentielle française, M. Lavrov a répliqué qu'il voulait "voir des faits".

Source:
http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/02/18/russie-ordre-mondial-conference-securite_n_14839988.html

Un 6.3 en Argentine

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/

vendredi 17 février 2017

Trump traite plusieurs médias «d'ennemis des Américains»


Donald Trump a de nouveau éreinté les médias vendredi, qualifiant de grandes chaînes de télévision et le New York Times «d'ennemis des Américains» sur Twitter.

Peu après avoir atterri en Floride, où il passe un troisième week-end de suite dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, le président américain s'est saisi de sa plateforme de communication préférée pour un message visant l'une de ses cibles favorites: les médias.

«Les MÉDIAS MENSONGERS (@nytimes en difficulté, @NBCNews, @ABC, @CBS, @CNN) ne sont pas mes ennemis, ce sont les ennemis des Américains», a-t-il écrit, reprenant l'expression en anglais «fake news media» qu'il a fait entrer dans le langage courant aux États-Unis à force de la marteler.

Quelques minutes plus tôt, le président américain avait tweeté une première version de son message dans laquelle il ne citait pas les chaînes CBS et ABC et ponctué d'un «ÉCOEURANT!». Il l'a rapidement effacé avant de poster un nouveau tweet incluant les deux «ennemis» supplémentaires.

Il n'est pas rare pour les présidents américains de critiquer les médias, mais la virulence des attaques répétées de Donald Trump est sans précédent. Le républicain avait fait des critiques envers les journalistes «partiaux» et «malhonnêtes» un point central de sa campagne, régalant ses partisans qui huaient copieusement les journalistes lors de grands rassemblements.

Le milliardaire républicain avait déjà tancé jeudi les journalistes pendant une conférence de presse à la Maison-Blanche.

«Je suis ici pour faire passer mon message directement au peuple (...) car nombre de journalistes de notre pays ne vous diront pas la vérité et ne traiteront pas les gens formidables de ce pays avec le respect qu'ils méritent», avait-il lancé, évoquant «un niveau de malhonnêteté hors de contrôle».

Si de nombreux médias américains et internationaux ont jugé sa conférence de presse décousue et son ton vindicatif, des éditorialistes de droite ont au contraire salué sa performance. Et Donald Trump s'est saisi des éloges de l'animateur radio conservateur le plus influent de la sphère conservatrice, Rush Limbaugh, pour revenir à la charge vendredi soir.

««L'une des conférences de presse les plus efficaces que j'ai jamais vues» dit Rush Limbaugh. Beaucoup sont d'accord. Mais les MÉDIAS MENSONGERS disent autre chose! Malhonnête», a tweeté le président américain.

Source:
http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201702/17/01-5070637-trump-traite-plusieurs-medias-dennemis-des-americains.php

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés