Suivez ce blog via Facebook

lundi 16 octobre 2017

La marine américaine vient juste de garer un sous-marin à missiles guidés près de la Corée du Nord

Le 13 octobre, USS Michigan (SSGN 727) - un sous-marin de missiles-guidés de classe Ohio - est arrivé dans une base navale sud-coréenne dans la ville portuaire de Busan. Alors que le US Pacific Command affirme que la visite du Michigan en République de Corée a été planifiée depuis longtemps, le message à la Corée du Nord est clair: les États-Unis resteront à Séoul si Pyongyang fait des démarches agressives.

Source:

L'armée américaine a annoncé lundi qu'elle évacuerait les Américains non-combattants de la Corée du Sud en cas de guerre et autres situations d'urgence, alors que les deux alliés ont entamé un exercice naval commun

Des exercices similaires d'évacuation se sont déroulés pendant des décennies. L'armée américaine a publié lundi un rare communiqué de presse soulignant que l'exercice d'évacuation de non-combattants était un exercice «programmé régulièrement», mais les craintes se multiplient dans le Sud alors que les États-Unis pourraient se préparer à une action militaire contre le Nord.

L'exercice baptisé "Courageous Channel" est prévu de lundi à vendredi et vise à préparer les militaires américains et leurs familles à répondre à un large éventail d'événements de gestion de crise tels que l'évacuation des non-combattants, les catastrophes naturelles ou d'origine humaine, a déclaré l'armée américaine dans un communiqué.

Le gouvernement sud-coréen du président Moon Jae-in a averti à maintes reprises qu'il s'opposait à une solution militaire à la crise nucléaire nord-coréenne, car elle pourrait rapidement dégénérer en une guerre totale dans laquelle les Coréens souffriraient le plus.

Les responsables américains ont déclaré qu'ils espéraient une fin diplomatique de la crise, mais n'excluaient pas une action militaire. Et au cours des derniers mois, alors que la Corée du Nord a accéléré ses programmes nucléaires et de missiles, le président Trump a publié une série de commentaires qui ont alimenté les craintes des Sud-Coréens à l'égard d'une possible guerre dans la péninsule coréenne. Il a menacé de «détruire totalement» ou de faire pleuvoir «le feu et la fureur» sur le Nord et a également dit que le secrétaire d'État Rex W. Tillerson «perdait son temps» à essayer de négocier avec le pays.

Traduction partielle de l'article trouvé sur:

L'ambassadeur adjoint des Nations Unies en Corée du Nord a déclaré, ce lundi, que la situation dans la péninsule coréenne "a atteint le point de contact et qu'une guerre nucléaire peut éclater à tout moment"

Kim In Ryong a déclaré à la commission du désarmement de l'Assemblée générale des Nations Unies, lundi, qu'aucun pays au monde, à l'exception de la Corée du Nord, n'a été soumis à une menace nucléaire aussi extrême et directe des Etats-Unis.

Il a dit que c'est cette année que la Corée du Nord est devenue une "puissance nucléaire à part entière qui possède des moyens d'attaque de diverses gammes, y compris la bombe atomique, la bombe H et les fusées balistiques intercontinentales".

Kim a averti que l'ensemble du continent américain est «à portée de tir» et que si les États-Unis envahissent cela n'échappera pas à une punition sévère dans n'importe quelle partie du globe.

Source:

Daily Caller: "Les États-Unis et la Corée du Sud développent un nouveau plan de guerre pour en finir avec la Corée du Nord d'ici un mois"

http://dailycaller.com/2017/10/16/us-south-korea-developing-new-war-plan-to-finish-off-north-korea-in-under-a-month/?utm_campaign=atdailycaller&utm_source=Twitter&utm_medium=Social

dimanche 15 octobre 2017

La flotte américaine de navires de guerre à propulsion nucléaire arrive en Corée du Nord aujourd'hui

* Le Daily Star n'est pas ma première référence, mais j'ai vérifié l'information et elle est publiée par plusieurs autres médias.

Le navire de guerre à propulsion nucléaire devrait être rejoint par quatre destroyers et deux sous-marins pour des exercices conjoints avec la Corée du Sud.

Et les commandants américains pourraient être sur le point de faire leur pas le plus audacieux contre Kim.

Il a été rapporté plus tôt cette année que l'USS Ronald Reagan pourrait passer la ligne limite dite du nord (NLL).

La ligne est la frontière maritime séparant de facto le Nord et le Sud, qui a été établie à la fin de la guerre de Corée.

Le USS Ronald Reagan est un super-transporteur de 100 000 tonnes capable de déployer environ 90 avions de combat et hélicoptères depuis son pont de 1 100 pieds.

La Flotte du Pacifique dirige la septième flotte américaine en Asie-Pacifique et est principalement stationnée à Yokosuka, au Japon.

Le vaisseau de guerre est également hérissé de missiles et d'armes à feu pour se défendre contre les attaques ennemies.

Les responsables de la défense ont déclaré que l'arrivée du porte-avions est destinée à un exercice à long terme et non à une réponse aux menaces de la Corée du Nord.

Pyongyang réagit toujours avec fureur à l'arrivée des forces américaines dans la péninsule coréenne, croyant que les jeux de guerre sont une pratique d'invasion.

Ils ont déjà menacé de lancer des attaques s'ils croient que les Etats-Unis et la Corée du Sud traversent une ligne provocatrice.

Les États-Unis considéreraient le transporteur traversant la NLL parmi une «large gamme d'options».

Le US Pacific Command (PACOM) a confirmé que le navire de guerre a quitté Hong Kong mardi après un séjour de huit jours.

Le navire devrait être en route vers la péninsule coréenne aujourd'hui - les autorités sud-coréennes affirmant qu'il arrivera d'ici le 15 octobre.

Daily Star Online a contacté la flotte américaine Pacfic mais le commandement a déclaré qu'il "ne commente pas les opérations futures".

Les tensions de guerre ont atteint un sommet ces dernières semaines alors que le président des États-Unis Donald Trump et Kim Jong-un intensifiaient leur rhétorique.

Le royaume de l'ermite a publié aujourd'hui une propagande choquante montrant des armes nucléaires pointées sur le Capitole et un soldat écrasant le crâne de Trump. 

Les images apparaissent sur des flyers avec le message: "Nous devons donner la mort au vieux fou Donald Trump." Puis, de l'autre côté on lit «Notre réponse!». Avec des missiles nucléaires pointant vers le Capitole en ruine. Source: http://www.dailystar.co.uk/news/world-news/652303/North-Korea-news-US-war-Trump-latest-South-Korea-China-war-propaganda
Le président a tenu une réunion dans la salle de guerre de la Maison Blanche mardi pour discuter de la Corée du Nord.

Les deux pays sont en désaccord alors que Pyongyang tente d'obtenir un ICBM nucléaire.

Source:

Rex Tillerson concernant la Corée du Nord: "Il [Trump] veut que cela soit résolu diplomatiquement, il ne cherche pas à faire la guerre ... Les efforts diplomatiques vont se poursuivre jusqu'à ce que la première bombe tombe"

* Le prochain essai, ou la première vraie bombe, ou encore une fausse manœuvre, devrait marquer un tournant dans l'histoire. Trump évoque la diplomatie, mais elle ne semble pas du tout faire partie des options de la Corée du Nord considérant sa rhétorique de guerre. Tant que les États-Unis seront présents dans la région pour mener des exercices militaires, la volonté de diplomatie avec la CdN ne restera qu'une réponse politiquement correcte pour calmer l'opinion publique. 
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a commenté la position de Washington sur la question nord-coréenne et l'accord nucléaire iranien après la décision de Donald Trump de ne pas certifier le respect de l'accord par Téhéran

Les Etats-Unis poursuivront leurs efforts diplomatiques pour résoudre la crise nord-coréenne, a déclaré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson dans un entretien avec CNN.

"Il [Trump] veut que cela soit résolu diplomatiquement, il ne cherche pas à faire la guerre ... Les efforts diplomatiques vont se poursuivre jusqu'à ce que la première bombe tombe", a déclaré Tillerson dans une entrevue à "L'état de l'Union"

Tillerson a déclaré que Trump ne considère pas la diplomatie comme une perte de temps en ce qui concerne la Corée du Nord. Trump "m'a également fait comprendre qu'il voulait que cela soit résolu diplomatiquement", a répété Tillerson.

Il a dit que Trump "ne cherche pas à faire la guerre" avec la Corée du Nord.

La déclaration intervient après que le président américain a déclaré sur Twitter que Tillerson "perdait son temps à essayer de négocier avec Little Rocket Man", ajoutant que " nous ferons ce qu'il faut faire ", suscitant des spéculations sur une prochaine réponse militaire à la question nord-coréenne.

Plus tard, Trump a écrit que "une seule chose fonctionnera" à propos de Pyongyang: "parler à la Corée du Nord depuis 25 ans, les accords conclus et les montants massifs d'argent payés n'ont pas fonctionné".

Cette semaine, un autre haut responsable américain, le secrétaire à la Défense, James Mattis, a également réitéré que les Etats-Unis recourent toujours à la diplomatie nord-coréenne, ajoutant cependant que l'armée américaine doit s'assurer que le pays a des options militaires. Il a également déclaré que le Conseil de sécurité de l'ONU a voté à deux reprises à l'unanimité en faveur de l'imposition de sanctions plus sévères contre Pyongyang au sujet de ses lancements de missiles balistiques et nucléaires.

Traduction partielle de l'article trouvé sur:

samedi 14 octobre 2017

Environ 2 000 soldats et 600 véhicules militaires, dont des chars, mais aussi des avions et des hélicoptères, ont pris part à des exercices militaires d'ampleur non loin de Münster, dans le nord-ouest de l'Allemagne

* Londres prépare un plan en cas d'aggravation du conflit en péninsule de Corée

Environ 2 000 soldats et 600 véhicules militaires, dont des chars, mais aussi des avions et des hélicoptères, ont pris part à des exercices militaires d'ampleur non loin de Münster, dans le nord-ouest de l'Allemagne.

Source:
https://francais.rt.com/videos/44561-vastes-manoeuvres-militaires-allemagne

Publication d'un média d'État nord-coréen en date du 14 octobre 2017

Les jeux militaires américains contre la RPDC pourraient mener à sa destruction totale
  
L'administration Trump des États-Unis aurait l'intention de lancer de plus petites armes nucléaires tactiques dans le but de détruire les installations nucléaires de la RPDC.

Ce qui importe, c'est qu'un tel projet soit envisagé lorsque les Etats-Unis vont organiser un "exercice conjoint de haute intensité" dans la mer de Corée de l'Est avec la mobilisation d'un groupe d'attaque impliquant le porte-avions nucléaire Ronald Reagan, le destroyer Aegis, une classe de sous-marin nucléaire stratégique transportant des missiles nucléaires.

Cela met en lumière le scénario sinistre pour provoquer une guerre nucléaire par tous les moyens afin de «détruire totalement» la RPDC et d'exterminer la population du nord.

Maintenant, la péninsule coréenne est au seuil d'une catastrophe nucléaire et personne ne sait à quelle heure une guerre thermonucléaire éclatera.

Le groupe Trump devrait réfléchir à deux fois aux conséquences terribles auxquelles les Etats-Unis seront confrontés en raison de son projet d'attaque nucléaire contre la RPDC.

Le statut de la force entre la RPDC et les États-Unis à l'heure actuelle est fondamentalement différent de ce qui était dans la guerre de Corée dans les années 1950.

Le jeu militaire téméraire des États-Unis contre la RPDC peut mener à sa destruction totale.

Comme les États-Unis nient même l'existence de la RPDC et tentent de la renverser par la force, les contre-mesures de ce dernier seront inévitables.

La RPDC est prête à contrer la guerre d'agression par une guerre de justice et à affronter le poignard de l'ennemi avec une épée et son fusil avec une pièce d'artillerie. C'est la position invariable de l'armée et du peuple coréen et leur mode permanent de neutralisation.

Source:

La Corée du Nord se prépare à un nouveau lancement de missile avant les manoeuvres navales conjointes entre Corée du Sud et États-Unis qui doivent débuter la semaine prochaine, selon un journal citant une source gouvernementale

Un porte-avion américain sera à la tête des manoeuvres, une démonstration de force face à la Corée du Nord, alors que la tension monte autour du programme d'armements de ce pays.

Pyongyang de son côté considère ces manoeuvres comme une provocation et pourrait cette fois se préparer à répliquer autrement que par des mots.

Des photos satellites ont montré ces jours-ci le transport, depuis des hangars proches de Pyongyang et dans la région, de missiles balistiques montés sur des lanceurs, selon une source gouvernementale citée par le quotidien Donga Ilbo.

Washington et Séoul soupçonnent la Corée du Nord de se préparer à lancer des missiles capables d'atteindre le territoire américain, ajoute le quotidien.

Il pourrait s'agir du missile balistique intercontinental Hwasong-14, dont la portée permettrait d'atteindre l'Alaska, ou bien du Hwasong-12, que Pyongyang a menacé de tirer vers le territoire américain de Guam, dans le Pacifique.

Le Nord pourrait également s'apprêter à tester un nouveau Hwasong-13, un autre missile internacontinental dont la portée pourrait éventuellement permettre d'atteindre la côte ouest des États-Unis.

Le ministère sud-coréen de la Défense s'est refusé à tout commentaire.

Les manoeuvres se dérouleront du 16 au 26 octobre en mer du Japon et en mer Jaune.

L'armée américaine a montré ses muscles ces derniers jours dans la péninsule. Le sous-marin nucléaire USS Michigan est arrivé vendredi dans le port sud-coréen de Busan, selon l'agence Yonhap, quelques jours après le départ d'un autre sous-marin nucléaire, l'USS Tuscon.

En début de semaine, deux bombardiers lourds supersoniques américains ont survolé la région, lors d'un premier exercice nocturne associant les aviations du Japon et de la Corée du Sud.

Source:

vendredi 13 octobre 2017

Une attaque sonique a-t-elle eu lieu à l'ambassade américaine de Cuba ? L'agence de presse américaine AP a divulgué des enregistrements sonores qui semblent en attester

* Vous pouvez entendre le son envoyé par ces attaques soniques en cliquant sur le lien-source en bas de la page.

Reportage de France 24 concernant ces attaques soniques
ENREGISTREMENT. L'affaire, qui pourrait avoir de grave répercussions diplomatiques, demeurait un mystère : nul n'avait encore pu confirmer que les malaises ressentis par 22 Américains et Canadiens se trouvant à l'ambassade de Cuba courant août 2017 étaient bien dus à une "attaque sonique" (ou acoustique). Un statu quo qui pourrait changer après la divulgation de cet enregistrement réalisé par un employé de l'ambassade, révélé par l'agence américaine Associated Press (AP). Il s'agit du premier élément à charge révélé au grand public. L'extrait reproduit ci-dessous ne présente normalement pas de risque à écouter, puisqu'il a été enregistré à partir d'un équipement électronique standard, dont la courbe de réponse coupe les très hautes et très basses fréquences, ainsi que l'intensité au-delà d'un certain seuil défini par la sensibilité du matériel.

Analyse spectrale d'un son composite

Faut-il voir un lien direct entre ce son et les symptômes physiques (migraines, nausées, perte d'audition, lésions cérébrales légères...) ressentis par les diplomates ? Tous les Américains blessés à Cuba n'ont pas entendu un son de façon distincte, note Associated Press. Toutefois, l'agence de presse a pu mettre la main sur plusieurs fichiers similaires, enregistrés depuis différents points du bâtiment, et "toutes se présentent sous la forme de variations d'un même son haut perché" (de l'ordre de quelques kilo-hertz). Lorsque l'enregistrement leur a été présenté, des victimes de l'attaque l'ont clairement identifié comme le son qu'ils avaient entendu.

SPECTRE AUDIO

Ces différents enregistrements ont été passés à la moulinette de l'analyse spectrale, qui permet de découper un son en les différentes fréquences (du grave à l'aigu) qui le compose. Bilan des courses ? Le son serait composé d'environ 20 fréquences distinctes, étant produites à des intervalles variables au cours du temps, de quelques secondes à plusieurs minutes, intercalées par des silences de taille également variable. Le son analysé ne représente toutefois que la part enregistrable par un microphone, certaines fréquences et intensités ont été coupées. Souhaitons désormais que l'enquête scientifique menée par les autorités permette de reconstituer le véritable spectre sonore de l'attaque, à partir des enregistrements.

Source:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés