lundi 15 septembre 2014

Le CDC se prépare concrètement et activement à une entrée du virus Ebola aux États-Unis

Un document de 6 pages a été publié par le CDC en vue d'être distribué aux médecins et aux hôpitaux pour préparer la logistique de contrôle du virus dans la population américaine. Le CDC estime qu'il est temps de se préparer puisque c'est une question de temps avant que le premier cas ne se manifeste.

Source:
http://washingtonexaminer.com/cdc-issues-ebola-checklist-now-is-the-time-to-prepare/article/2553396

Les rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis et l’Etat islamique signent un pacte "de non-agression" (The Hill)

* Est-ce que le financement et l'approvisionnement en armes aux rebelles syriens pourraient servir aux soldats de l'État islamique, hypothèse renforcée par ce pacte de non-agression? C'est ce qu'on appellerait du financement collatéral!

L’Etat islamique (EI) et les rebelles syriens sont parvenus à un cessez-le-feu

Alors que des rapports signalent que l’EI se regroupe devant les menaces d’attaques qu’il pourrait subir, une alliance de groupes rebelles syriens ont signé un pacte de « non-agression » avec l’EI vendredi.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a signalé que les rebelles islamistes modérés avaient signé un accord de cessez-le feu pour la première fois dans une banlieue de la capitale Damas.

"Les deux parties vont respecter une trêve jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée, et ils promettent de ne pas attaquer l’autre parce qu’ils considèrent que l’ennemi principal" est le gouvernement d’Assad et ses forces.

Le site News site Orient Net a publié une liste des 11 articles de l’accord de cessez-qui vise à mettre un terme aux violents affrontements qui ont éclaté entre les rebelles et l’EI dans et autour de Damas au cours des 45 derniers jours.

Le site rapporte que le Front al-Nosra - le groupe de miliciens qui a délivré jeudi 42 Casques bleus capturés dans le plateau du Golan - a effectué la médiation entre les deux parties.

Charles Lister, analyste à l’Institut Brookings, a indiqué que l’alliance du côté des rebelles étaient composés de quatre groupes distincts, dont le Front révolutionnaire syrien soutenu par les USA.

L’État islamique (EI) a à l’origine combattu aux côtés des rebelles, mais a ensuite commencé à attaquer des groupes rivaux, avant de rompre officiellement avec le Front Al-Nosra plus tôt cette année. Depuis lors, les deux parties se sont souvent affrontés, donnant aux forces d’Assad une nouvelle impulsion. Les rebelles syriens modérés et l’Etat islamique en Irak et en Syrie (EIIS) auraient conclu un accord de cessez-le-feu vendredi, selon un groupe qui a suivi la guerre civile en Syrie.

Les groupes ont convenu d’un pacte de non-agression dans lequel ils se sont promis de ne pas s’attaquer mutuellement.

Ce développement pourrait influencer les membres du Congrès pour voter « non » à une autorisation de former et d’équiper les groupes rebelles modérés, dès la semaine prochaine. La Maison Blanche a demandé l’autorisation, mais certains députés ont déjà montré leur scepticisme envers la crédibilité des groupes d’opposition syriens.

L’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, un groupe de surveillance basé au Royaume-Uni, a déclaré que les groupes ont conclu cet accord dans la banlieue de Damas, la capitale de la Syrie.

Selon l’accord, "les deux parties respecteront une trêve jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée et ils promettent de ne pas s’attaquer parce qu’ils considèrent que le principal ennemi est le régime Nussayri",a rapporté l’Agence France-Presse.

Nussayri est un terme négatif pour le régime alaouite du président syrien Bachar al-Assad.

Cela vient au moment où les députés du Congrès réfléchissent sur ​​la possibilité d’autoriser l’administration Obama à former et à armer les rebelles syriens. Un vote sur un projet de loi de dépenses à court terme a été retardée cette semaine après que la Maison Blanche ait demandé aux Républicains de la Chambre de se joindre à cette autorisation de projet de loi.

Il est possible que les leaders du Parti républicain ("GOP : Grand Old Party") pourraient décider de tenir un vote séparé sur l’autorisation d’équiper les rebelles.

Certains républicains et démocrates ont longtemps demandé à l’administration Obama d’armer les rebelles, mais d’autres députés des deux partis ont peur que ces armes puissent se retrouver dans de mauvaises mains.

Source:

Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

La France accueille, lundi, la conférence internationale pour la paix et la sécurité en Irak. Cette rencontre doit surtout permettre d'organiser la lutte contre l'organisation de l'État islamique, qui sévit dans la région. Retour sur les enjeux.

Lundi 15 septembre doit se tenir à Paris la conférence pour la paix et la sécurité en Irak, alors que l’organisation de l’État islamique (EI) a annoncé avoir décapité un troisième otage occidental. Cette conférence vise à définir une stratégie internationale pour lutter contre ces jihadistes.

Élimination des sources de financement, d'approvisionnement ou de recrutement de jihadistes, contrôle des frontières mais aussi formation de l'armée irakienne… Paris compte mettre tous les enjeux sur la table.

Quel est l'objet de cette conférence ?

"Le but de cette conférence est de coordonner les aides, les soutiens, les actions pour l'unité de l'Irak et contre ce groupe terroriste", avait précisé le président français François Hollande, lors d'une visite en Irak, vendredi.

L'enjeu est notamment de définir des moyens d'action pour tarir les sources de financement de l'EI, endiguer le flux et le recrutement de jihadistes venus du monde entier et enfin renforcer le contrôle des frontières.

Et justement, la France n’est pas en reste s’agissant des ressortissants partis au jihad. À la veille de cette conférence, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré au "Journal du dimanche" que 930 individus venant de France étaient impliqués dans des filières jihadistes.

Quel est l'enjeu de cette conférence ?

Elle doit surtout permettre de définir les contours de la coalition internationale, annoncée il y a dix jours par les États-Unis, pour mener "la guerre contre l'État Islamique", selon les termes de la Maison Blanche. Alors que l'offensive de l’EI a plongé l’Irak et la Syrie dans le chaos depuis trois mois, prenant de court la communauté internationale, les Américains multiplient les initiatives pour bâtir une coalition contre le groupe jihadiste.

Une coalition qui s’annonce être un véritable défi pour les États-Unis, tant les voix qui s’élèvent contre l’EI sont divergentes. À cela s’ajoute la rivalité historique entre certains pays de cette région. Cette conférence pourrait donc, surtout, servir à définir une stratégie globale de lutte contre les jihadistes.

Mais pour combattre le groupe terroriste, les États-Unis ont besoin de troupes au sol. Et Washington se heurte à la réticence de pays tels que l’Arabie saoudite ou les Émirats du Golfe, échaudés par le revirement de Barack Obama sur la question syrienne en 2013.

Néanmoins, la volonté "de détruire cette menace" constituée par l'EI est montée d'un cran, dimanche, après la décapitation d'un troisième otage occidental.

Les chances d'atteindre les objectifs fixés ?

Elle sont nulles, selon Romain Caillet, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, interrogé par France 24. "Affaiblir l’État islamique ou lui porter de sérieux coups, c’est tout à fait à la portée des États-Unis. Mais les trente dernières années ont montré qu’il était très difficile d’éradiquer une organisation terroriste."

Et de rappeler : "Depuis plus de treize ans, les États-Unis n’ont pas réussi à éradiquer Al-Qaïda. Donc, je pense que [Washington] ne parviendra pas à éradiquer l’État islamique. Il le forcera peut-être à retourner dans la clandestinité mais cela me paraît très difficile d’extirper leurs racines, comme le disent les responsables américains", estime-t-il.

Qui sera présent ?

La liste des pays présents est aussi floue que celle des participants à la coalition américaine. Près de trente pays feront bien le déplacement à Paris pour cette conférence, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. Une dizaine de pays occidentaux ont accepté de constituer le noyau dur de cette alliance.

Mais il n'est pas précisé si les pays, qui souhaitent apporter leur aide, sans jouer un rôle clé dans les opérations militaires, participeront à cette conférence. À savoir l'Arabie saoudite, la Turquie, la Jordanie ou encore l'Égypte.

Restent des désaccords – et des tensions – autour de la présence de l’Iran à cette conférence. Le secrétaire d'État américain John Kerry a jugé, vendredi, qu'une participation de Téhéran aux discussions internationales sur la réponse à opposer aux jihadistes de l'EI ne serait pas appropriée. De son côté, la grande puissance chiite a finalement indiqué qu'elle ne souhaitait de toute façon pas y participer. 

"Participer à la conférence-spectacle et sélective de lutte contre le terrorisme de Paris ne nous intéresse pas", a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, cité par le site de la télévision d'État.

Source:

dimanche 14 septembre 2014

C'est le temps de la moisson: comment conserver certains fruits et légumes pendant plusieurs mois

Nos jardins offrent ses derniers légumes à cueillir et les marchés d'alimentation nous offrent une abondance de fruits et légumes à très bons prix. La mise en conserve reste un des moyens les plus efficaces pour préserver nos denrées pendant de longs mois, mais certains pourraient choisir une option encore plus simple. Nos ancêtres avaient toutes sortes de méthodes pour préserver les carottes, patates et navets pendant tout l'hiver, quelques kilos de pommes pendant plusieurs semaines. 

J'ai testé deux de ces méthodes avec des patates/carottes/oignons et pommes. La première consistait à les enfouir dans le sable sec, disposé dans un bac de plastique dans un environnement sec et frais (8-12 degrés Celsius). L'autre était de les enfouir dans de la ripe de bois, dans un environnement similaire. Chacun des éléments ne se touchaient pas.

La ripe de bois, très peu coûteuse, a permis de conserver mes patates/carottes/oignons pendant au moins 6 mois avant que l'extérieur montre des signes de vieillissement (pelure ratatinée, légume mou et apparition de germes). Même s'ils étaient moins beaux à regarder, ils étaient toujours aussi bons à cuire. J'ai mangé mes pommes pendant 3 mois sans besoin de les faire cuire, ce que j'ai fait après parce qu'elles était moins agréables à croquer, mais tout aussi bonnes à manger.

Les légumes racines sont faciles à préserver pendant quelques mois et représentent des aliments bourratifs et vitaminés. Les oignons et l'ail ajoutent de la saveur et ont des propriétés non-négligeables pour combattre le rhume et la grippe. La famille des courges se conserve pendant plusieurs semaines et elles font des potages et des gâteaux simples et délicieux.

Bonne moisson et bonne conservation!

World War 3: Russia’s Nuclear Weapons Fired, Vladimir Putin Warns U.S. Of More ‘Corresponding Countermeasures’

World War 3 is on the tips of the tongues of many, and now that Russia has fired its nuclear weapons as a show of force, Vladimir Putin is already warning the United States and NATO he believes this new Cold War 2 will cause a planned arms escalation in response to threats made over the Ukraine crisis.

In a related report by The Inquisitr, even before Russia invaded Ukraine, various U.S. investors and financial analysts were saying World War 3 is inevitable based upon history and economic cycles.

Earlier this month, Ukraine Defense Minister Valeriy Heltey claimed Russia’s nuclear weapons could be used against his country in a tactical strike if tensions continued to escalate.

“The Russian side has threatened on several occasions across unofficial channels that, in the case of continued resistance they are ready to use a tactical nuclear weapon against us.”

Lithuanian President Dalia Grybauskaite even claimed that Russia is effectively waging war against all of Europe.

“It is the fact that Russia is in a war state against Ukraine. That means it is in a state of war against a country which would like to be closely integrated with the EU. Practically Russia is in a state of war against Europe,” she said. “That means we need to help Ukraine to… defend its territory and its people and to help militarily, especially with the military materials to help Ukraine to defend itself because today Ukraine is fighting a war on behalf of all Europe.”

Unfortunately, Russia’s nuclear bombs are increasing in number, not decreasing as was previously hoped all but 10 years ago. On Wednesday, the Russian military successfully tested a Bulava intercontinental ballistic missile (ICBM) launched from the nuclear submarine the Vladimir Monomakh. The test nuclear missile flew from the White Sea near Russia’s border with Finland and hit its target nearly 3,500 miles away on the Kamchatka peninsula north of Japan.

Fears of World War 3 have been rising in volume throughout 2014, especially since Vladimir Putin has regularly been referencing Russia’s nuclear weapons lately.

According to Business Insider, he recently said, “Russia is one of the most powerful nuclear nations. This is a reality, not just words.” Speaking on Russia’s plan to modernize their nuclear arsenal, Putin claimed the U.S. and NATO should not be “hysterical” and said, “We have warned many times that we would have to take corresponding countermeasures to ensure our security.”

Putin plans on taking personal charge of the government commission overseeing military industries and their 2016-2025 weapons modernization program is focused on creating a “guaranteed nuclear deterrent.”

Regarding the power of these nuclear weapons, they have a range of 5,000 miles and can create an explosion 100 times larger than Hiroshima. At the same time, the Bulava intercontinental ballistic missile has suffered repeated glitches that caused launch failures. Much of Russia’s nuclear weapons capabilities were inherited from the former Soviet Union and haven’t been updated significantly, nor does Russia have an effective missile defense shield system like the United States.

Source:
http://www.inquisitr.com/1467926/world-war-3-russias-nuclear-weapons-fired-vladimir-putin-warns-u-s-of-more-corresponding-countermeasures/

samedi 13 septembre 2014

1.2 million de personnes seront mortes de l'Ebola dans 6 mois et 4.2 millions de personnes seront infectées, prétend un scientifique de l'Université d'État du Michigan

Selon un modèle de simulation basé sur les prévisions de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le virus Ebola pourrait faire 1,2 million de mortalités dans les 6 prochains mois, le temps minimum requis à l'OMS pour contenir l'épidémie.

La souche de l'Ebola pourrait être aéroportée selon des scientifiques canadiens [des rapports scientifiques démontrent déjà que le virus est aéroporté] et le virus pourrait donc se transmettre par la respiration.

Ces estimations dépendent des moyens qui seront mis en place par les autorités pour contenir l'épidémie: la capacité et la rapidité à porter le diagnostic, à isoler et traiter les malades.

Source:
http://www.wnd.com/2014/09/1-2-million-ebola-deaths-projected-in-6-months/

Le Pape averti d’une troisième guerre mondiale

Au cours de l’homélie au cimetière militaire à Fogliano Redipuglia, Italie du nord, le pape Francisco rappeler le tombé sur le centenaire de la Première Guerre mondiale et les victimes de toutes les guerres, et mis en garde contre une troisième guerre alors qu’il a demandé paix dans le monde.

“En voyant la beauté des paysages de cette région, où les hommes et les femmes travaillent pour élever leur famille, où les enfants jouent et le vieux rêve Ici, dans ce lieu, seul sage de dire. Warfare est fou” dit Francisco ce samedi.

«La guerre est une folie, son programme de développement est la destruction”
Pape Francisco

Le pape a déclaré que «la guerre bouleverse tout, y compris la relation entre frères guerre est une folie. Leur programme de développement est la destruction.”

“Aujourd’hui, après l’échec de la seconde guerre mondiale, peut-être nous pouvons parler de la guerre menée par des tiers, les crimes, les massacres, la destruction”, a déclaré le souverain pontife.

Le chef de l’Eglise catholique sont demandé «comment est-il possible qu’il existe aujourd’hui tant de victimes?” et il a répondu: “Il est possible, parce que même aujourd’hui, dans l’ombre, il ya des intérêts, des stratégies géopolitiques, avidité pour l’argent et le pouvoir, et l’industrie de défense, ce qui semble être si important.”

Source:
http://lainfo.es/fr/2014/09/13/pape-averti-dune-troisieme-guerre-mondiale/

China Develops Facial Recognition Payment System with Near-Perfect Accuracy

In an intent to move one step forward from others, China is planning to launch a facial recognition payment application with near-perfect accuracy that enables users to authorize their online transactions just by showing a picture of themselves.

Chinese researchers from the Chongqing-based research institute have developed a facial recognition system that can pick faces from a crowd with 99.8 percent accuracy from 91 angles.

CHINA FACE-RECOGNITION PAYMENT SYSTEM TO LAUNCH IN 2015

Academic at the Chongqing Institute of Green has set up the world's biggest Asian face database displaying more than 50 million Chinese faces. The database was compiled with help from the University of Illinois and the National University of Singapore.

Lire la suite:
http://thehackernews.com/2014/09/china-develops-facial-recognition.html

vendredi 12 septembre 2014

Les Etats-Unis rallient 10 pays arabes contre les jihadistes

Les Etats-Unis ont obtenu jeudi le soutien de dix pays arabes à la campagne lancée par le président Barack Obama pour "éradiquer" les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Irak et jusqu'en Syrie.

Le régime syrien, appuyé par la Russie, a toutefois mis en garde Washington contre le lancement de frappes sur son territoire sans son accord.

Quelques heures après la déclaration solennelle de M. Obama à Washington, son chef de la diplomatie John Kerry a réussi à convaincre ses homologues de dix pays arabes conviés à une réunion à Jeddah (Arabie Saoudite).

Les Etats-Unis et ces pays, dont l'Arabie saoudite, le Qatar, l'Irak et l'Egypte, "ont déclaré leur engagement partagé à se tenir unis contre la menace que pose pour la région et le monde le terrorisme, y compris le soi-disant EI", selon un communiqué commun.

Cet engagement pourrait impliquer une participation à une "campagne militaire coordonnée", précise le texte, sans entrer dans les détails.

M. Kerry poursuivra son offensive diplomatique se rendant à Ankara vendredi puis au Caire samedi, pour rencontrer le chef de la Ligue arabe.

Dans son allocution, M. Obama a affirmé l'objectif de son "plan d'action": "Nous affaiblirons, et, à terme, détruirons l'EI", "une organisation terroriste qui n'a d'autre vision que le massacre de tous ceux qui s'opposent à elle".

Pour mener cette guerre "implacable", "je n'hésiterai pas à agir contre l'EI en Syrie, comme en Irak", a-t-il précisé.

- 1.600 Américains en Irak -

Les avions américains pourraient donc effectuer des raids aériens contre les positions de l'EI en Syrie en plus de ceux qu'ils mènent depuis le 8 août dans le nord de l'Irak. Ces derniers se sont avérés déterminants dans la reprise par les troupes irakiennes de secteurs aux jihadistes. L'envoi de troupes de combat au sol reste en revanche exclu.

La stratégie dévoilée par M. Obama a été approuvée par l'opposition syrienne, qui apparaît comme sa principale bénéficiaire puisqu'elle devrait bénéficier des moyens militaires qu'elle réclame depuis longtemps. Mais le Congrès américain a prévenu qu'il n'y aurait pas de vote sur cette aide avant la semaine prochaine.

Le gouvernement irakien a pour sa part salué l'annonce par M. Obama de l'envoi de 475 conseillers militaires supplémentaires en Irak pour soutenir les forces kurdes et fédérales en termes d'équipements, de formation et de renseignements. Cet effort portera à environ 1.600 le nombre de militaires américains présents dans le pays.

Pour mener les frappes contre l'Etat islamique, les Etats-Unis vont commencer à baser une partie de leurs avions militaires à Erbil, au Kurdistan irakien, ont indiqué jeudi des responsables du Pentagone.

Cet engagement représente un tournant pour M. Obama qui avait jusqu'à présent affiché sa volonté de tourner la page d'une décennie de guerre, notamment en retirant les troupes américaines d'Irak fin 2011.

Mais il a été acculé à agir face aux atrocités commises par l'EI qui a notamment décapité deux journalistes américains enlevés en Syrie.

- Hollande en Irak vendredi -

Sans surprise, Moscou a jugé que des frappes en Syrie sans l'aval de l'ONU constitueraient une "violation grossière" du droit international.

Le régime de Bachar al-Assad a également prévenu Washington que "toute action sans l'accord du gouvernement serait considérée comme une attaque contre la Syrie".

Présente à la réunion de Jeddah, la Turquie a confirmé qu'elle ne prendrait pas part aux opérations armées, se concentrant "entièrement sur les opérations humanitaires".

En Europe, l'Allemagne a exclu de participer à des frappes aériennes en Syrie. "On ne nous l'a pas demandé et nous ne le ferons pas", a dit son ministre des Affaires étrangères Franz-Walter Steinmeier.

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré qu'il n'excluait "rien" alors que son ministre des Affaires étrangères avait indiqué que Londres ne participerait pas à des frappes en Syrie.

Le président français François Hollande aura l'occasion de présenter la position de Paris à l'occasion d'une visite en Irak vendredi. Le chef de la diplomatie Laurent Fabius a indiqué que la France participerait "si nécessaire à une action militaire aérienne" en Irak.

Pour Washington, l'Arabie saoudite devrait être l'"élément clé de la coalition par sa taille, son poids économique et sa portée religieuse avec les sunnites", selon un responsable américain.

M. Obama a d'ailleurs tenu à appeler le roi saoudien Abdallah avant son intervention et tous deux ont souligné la nécessité d'aider l'opposition syrienne face à l'EI.

Les Etats-Unis entendent "renforcer (leurs) bases" dans le Golfe et accroître "les vols de surveillance", a indiqué le responsable américain. Les Saoudiens pourraient s'engager à former et entraîner des rebelles syriens, qui combattent à la fois le régime de Bachar al-Assad et l'EI.

Source:
http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/11/1949565-ei-etats-unis-mobilisent-moyen-orient-detruire-jihadistes.html

Une première expérience de télépathie réussie entre l'Inde et la France


L'information aurait voyagé de l'Inde vers la France. Des chercheurs affirment avoir transmis, pour la première fois, un message mental simple entre deux personnes séparées par des milliers de kilomètres. Pour cette expérience, révélée en août dans la revue américaine PLOS one (en anglais), un des sujets en Inde portait des électrodes sur la tête transmettant, via internet, ses activités cérébrales comme un électroencéphalogramme. L'individu devait penser à des messages très simples comme "bonjour" ou "salut".

L'ordinateur a converti ces impulsions électriques en code binaire, avant de les envoyer à un autre ordinateur qui les a transmises au cerveau d'une autre personne en France sous forme de flash lumineux, expliquent les scientifiques.

Des applications possibles pour les paralysés

Le sujet ne pouvait ni entendre ni voir les mots, mais a été capable d'interpréter les signaux lumineux pour saisir le message. Cela revient à le transmettre par télépathie et, d'après les chercheurs, il s'agit-là d'un premier pas dans l'exploration de la communication "directe de cerveau à cerveau de façon routinière".

Parmi les applications potentielles, les scientifiques citent la possibilité de communiquer avec des personnes paralysées et incapables de parler après un accident vasculaire cérébral.

Sources:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?